Nouvelle Gauche Socialiste
Club de réflexion politique dont les rédacteurs sont Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2015

Nouvelle Gauche Socialiste
Club de réflexion politique dont les rédacteurs sont Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière
Abonné·e de Mediapart

Ne lâchons pas la Grèce

Nouvelle Gauche Socialiste
Club de réflexion politique dont les rédacteurs sont Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La victoire de  la gauche en Grèce ouvre de nouvelles perspectives en Europe. Le mandat clair donné par le peuple grec à son nouveau gouvernement est de sortir la Grèce de cinq années d’austérité qui ont amputé d’un quart le PIB grec, sans parvenir à contenir le taux d’endettement, qui a explosé. Pour sortir de l’austérité, la Grèce a besoin d’une restructuration de sa dette, déjà jugée insoutenable par le FMI en 2009, avant l’entrée en vigueur des mémorandums. Le cœur du débat n’est pas de savoir si les contribuables français ou allemands, qu’on cherche à effrayer, doivent payer pour les Grecs. Il porte sur l’absence de mécanismes de transferts communautaires permettant à la zone euro d’affronter les « chocs asymétriques ».

Indéniablement, la zone euro n’était pas préparée à affronter la crise. Son architecture est inachevée. Elle ne dispose pas d’un budget communautaire suffisant permettant, comme le budget fédéral aux Etats-Unis, de venir au secours d’un de ses Etats en difficulté. Les Etats ont jusqu’ici refusé d’engager le débat sur l’extension des ressources propres de l’Union européenne, initié par le Parlement européen et la Commission, comme ce fut le cas lors de la discussion sur les perspectives financières 2014-2020. Des mécanismes de financement intergouvernementaux ont donc été bricolés, allant de prêts bilatéraux à la mise sur pieds de mécanismes intergouvernementaux tels que le Fonds européen de stabilité financière (FESF) ou le Mécanisme européen de stabilité (MES). Avec la BCE, ces mécanismes ont racheté les créances détenues par les banques afin d’alléger leurs pertes lors de la première restructuration, en 2012.  Aujourd’hui, sur les 320 milliards de dette grecque, la BCE en détient 28 milliards. Les Etats détiennent pour leur part 56 milliards de créances bilatérales (la France en détient 11 milliards et l’Allemagne 15 milliards). Le FESF, dont ils sont les actionnaires, en possède 148 milliards, le FMI et les banques en détiennent le volume restant. Une répartition de l’effort de solidarité parmi des institutions qui ont socialisé les pertes et privatisé les profits des banques ne serait pas incongrue pour soutenir la reprise en Grèce et consolider la zone euro.

Les Etats et la BCE, qui détiennent désormais l’essentiel de la dette grecque, sont à la croisée des chemins. Ils doivent prendre conscience que la zone euro ne peut fonctionner correctement que si elle devient une union de transferts. Or ils ont voulu conserver la maîtrise de la manne financière rendant possible de tels transferts, en en privilégiant une gestion intergouvernementale (par l’Eurogroupe) et par la BCE. Ils ont confié à la Troïka, dont la légitimité démocratique est plus que précaire, le suivi de mémorandums délibéré par le seul Eurogroupe. Ils doivent maintenant prendre leurs responsabilités pour aider la Grèce à sortir la tête de l’eau. Les Etats faucons n’y semblent malheureusement pas disposés.

Ceux qui font pression pour que la Grèce applique les mémorandums veulent en réalité tuer dans l’œuf l’hypothèse d’un plan B dans le cadre de l’euro et pousser la Grèce dehors. Ils mettent en danger l’euro lui-même.

Pour sa part, la France considère que l’austérité en Europe est une erreur. Elle ne doit pas lâcher la Grèce. Le président de la République est désormais investi, plus qu'en 2012 encore, d'une grande responsabilité sur la scène internationale. Il doit appuyer le nouveau gouvernement grec et saisir l’occasion d’impulser une réorientation de la construction européenne. Il recevrait en cela l’appui de nombreux Etats membres et d’une bonne partie des hémicycles des parlements nationaux et européen.

Par Pouria Amirshahi (Député des Français de l’étranger à l’Assemblée nationale), Pervenche Bérès (Députée au Parlement européen), Liêm Hoang-Ngoc (ancien député au Parlement européen, rapporteur sur le rôle et les opérations de la Troïka), Emmanuel Maurel (Député au Parlement européen)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot