C’est triste mais c’est comme ça

Comme elle est odieuse
Cette lâcheté
Qui les laisse là
Les bras croisés
Sous les claquements des fouets
De leurs absences
Où s’affichent leurs appétences
Pour ces tortures culpabilisantes
Nous laissant aveugle
A leurs incompétences
Qui nous délaissent
Dans les violences
De leurs besoins d’inégalité
Dans cet espoir
De pouvoir toujours en profiter
Avant de devoir prioriser
Où même les objectifs de Mars
Nous laissent hagard
Au regard de ces années amères
Qui nous tendent les bras
Et Où l’on a plus le choix.

marguerite2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.