Le constat est atroce

Peut-on rattraper notre manque de lucidité sur cette réalité.
Au regard de l’état dans lequel nous avons mis notre écosystème
(La nature qu’offre cette planète)
on est bien obligé de se prêter à croire
que ces épisodes épidémiques ne resteront pas sans réplique.
Ne pas avoir voulu libérer les brevets de ces vaccins est un non sens politique,
dans le sens où l’on voit que nos connaissances humaines sont encore tributaires
de ces siècles de soumissions et de violences,
où la lâcheté devant nos conditions humaines,
ne peuvent qu’engendrer qu’un manque de confiance.
Comment peut-on oublier cela !
Mais là où c’est un non sens total,
c’est que cela aurait permis de gagner du temps,
car le pire ennemi de ce virus c’est le temps.
Moins on lui laisse le temps de se reproduire,
moins il pourra nous nuire,
car son but est uniquement de se reproduire,
plus on lui laisse le temps de le faire,
plus on lui permet de s’adapter et de parer
tous nos stratagèmes pour l’en empêcher,
faisant que les premiers vaccins
sont de moins en moins efficaces
devant les nouveaux variants.

Surtout que les virus eux n’ont pas besoin
d’habitations,
de voitures,
d’avions,
de bateaux
et encore moins de châteaux en Espagne.
Surtout qu’ils se moquent que l’on soit
riche,
pauvre,
de droite,
de gauche,
ou de rien du tout
Que l’on croit ou non en Dieu
ou qu’on les roule
De la couleur de notre peau
et de nos orientations sexuelles.
Le seul moyen de s’en protéger
est malheureusement pour nous
de s’en faire vacciner.

Mais voilà nos raisons soi-disant économiques
nous en empêchent,
alors que la libération des brevets,
auraient permis à travers le monde
de créer plein de laboratoires
et donc de travail,
aidant l’économie à se rasseoir
un peu partout à travers le monde,
mais surtout de commencer
à créer une infrastructure solide
contre toutes les épidémies à venir,
car notre manque de lucidité
sûr l’impact que nous avons sur notre écosystème,
ne nous permet pas de croire
que c’est la dernière épidémie
que notre humanité va connaître.

C’est sûr que d’un seul coup,
au regard de votre mépris
devant nos conditions humaines,
que la confiance qu'ont les gens en vous,
pour enrayer cette épidémie,
devient de la défiance.

Par contre pour notre humanité
Vous aurez beau dire
Vous aurez beau faire
Vous n’êtes malheureusement pour elle
Que les pires ennemis
De son besoin de démocratie.
Où vos peurs de la voir évoluer
Vous empêchent de permettre
De nous obliger à tous d’y participer
Où votre manque d’humilité
Vous empêche
De remettre
Ce pouvoir que vous donne le peuple
A celui des assemblées
Faisant de cet état d’urgence
Qu’une défiance
A notre besoin de trouver
Des solutions que tout le monde approuvent
Et par conséquent applique, sans défiance.

Mais voilà vos soi-disant raisons économiques
Ne vous en donne pas le droit.
Comme c’est triste au XXI eme siècle de voir
Que nos dirigeants politiques
Considèrent les peuples encore
Comme du bétails.
Mais c’est vrai que c’est difficile
D’effacer des milliers d’années
De soumissions et de violences
De ce passé féodale
Où l’esclavagisme
Était le sort des faibles.
Et où vous réservez le même sort
A nos démocraties
Par votre besoin d’hégémonie économique
Où vous vous croyez plus
Dans une cours d’école
A vous battre comme des coqs
Qu’à la tête de nations
Pour le bien de leurs peuples
Qu’ils soient

riches,
pauvres,
de droite,
de gauche,
ou de rien du tout
Qu’ils croient ou non en Dieu
ou qu’ils les roulent
De la couleur de leurs peaux
et de leurs orientations sexuelles.
Faisant de vous les pires dirigeants
Que notre humanité est connus
A ce jour devant juste
Cette incompétence
Qui vous oblige
A avoir recours à la violence
Nous laissant à rebours
Dans l’évolution de notre humanité
Où l’on a toujours tout fait
Pour justement la bannir
Mais où on se demande
Si votre mentalité
De marchand d’armes
Ne prime pas sur
Les valeurs fondamentales
De notre démocratie.
La laissant vivre sans vergogne
Dans ce passé
Qui objectivement
Avec toute impartialité
N'est qu'au regard de cette réalité
Qui s'affiche de plus en plus 
Devant nos yeux
Qu'un crime 
Contre l'humanité

Où vous vous cacher derrière ces valeurs
Patriarcales et matriarcales
Qui ne sont que le berceau
De ce conservatisme
Qui a toujours nuit
A l'évolution de notre besoin de justice sociale
Laissant toujours notre démocratie
Dans des conflits sans fin
Où la violence
N'est toujours 
Qu'une espérance
Faisant de la jalousie
Et de la possessivité
Qu'une norme sociale
Alors qu'elles ne sont qu'une insulte
A notre besoin de liberté, d'égalité et de fraternité

generaltoutou

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.