Marches des libertés

La violence est là toujours encore et encore,
rien à faire, elle gangrène notre vie politique et sociale,
plus que jamais 
(car elle n’a jamais été absente tout compte fait).
Pour une fois la Police s’est faite discrète et respectueuse 
de la législation, car le policier désireux de me contrôler, 
est allé chercher son ordre de mission 
qui lui permettait de le faire. 
Est-ce que j’ai eu de la chance, je ne sais pas ! 
je n’ai plus été contrôlé.
Le cortège s’étalait de la place de Clichy à Anvers,
calme, revendicatif sans l’ombre d’un doute,
ayant assez de voir cette société devenir de plus en plus intolérante,
où l’on n’accepte plus nos différences.
D’autant que certains se permettent de croire que les gens
sont obligés de vivre comme eux ils s’y obligent et qui plus est dans violence.
Nous laissant qu’on le veuille ou non, dans les méandres de ce passé de soumission
où la violence est la seule façon qui le permette,
où c’est difficile de croire que nous faisons progresser notre vivre ensemble démocratiquement.
Et même si j’ai fait rire Mr Louis, quand il me faisait remarquer qu’il y avait beaucoup de monde,
et que je n’ai pu m’empêcher de lui répondre,
qu’il n’y en avait pas encore assez!
Je reste un peu dérouté, après cette manifestation contre l’extrême droite
et de ce qui la caractérise à l’heure actuelle plus que tout,
c’est son manque de lucidité sur l’avenir de notre humanité
par son manque de respect pour cette nature
qui nous offre la vie et nous permet de vivre sur cette planète,
unique en son genre dans cet immense univers.
Où les injustices sociales ne pourront malheureusement
que générer que plus de violence.
(Instinct de survie oblige)
Et où cet aspect était occulté.
Qui a dit, qui avait encore beaucoup de boulot? 

ccf4a6d9b785ca03aa60344958f04869

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.