Dame nature

L’automne s’installe
Doucement 
Déployant son ciel gris
Ses rideaux de pluie
Ses tapis de feuilles mortes
Sous le parfum de l’été qui s’endort
Des sous bois, qui ouvre l’appétit
De leurs généreuses offrandes
A ses amants éternelles
Qui ne pensent qu’à elle.
Loin de ces armées d’âmes mortes
Que lèvent ces seigneurs
Qui les enchaînent à leurs peurs
Où s’affiche leur ignorance
Sur ce qu’elle est
Sur ce que nous sommes
Marqué au fer rouge
Par leurs mépris de la vie
Et de ce qui nous l’offre
En immoral propriétaire
Toujours va t'en guerre.

generaltoutou

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.