Leurs possessivités nous perdra

J’aime ces mots 
Qui nous portent 
Qui nous transportent
Loin du bruit des bottes
De ces armées au pas
Qui nous laissent toujours en guerre
Nous enchaînant inexorablement
A cette violence 
Où la mort reste justice
Nous laissant aveugle
A cette vie qui nous est offerte.
Où la peur guide leurs pas
Où cette égalité qui leurs fait offense
Laisse toujours libre court
A cette violence 
Qui n’est que tout compte fait 
Que leur essence.
Où notre enthousiasme
Les fuit à tout jamais.
Juste pour cet amour, 
Pour cette Humanité
Qui a laissé en démocratie
Nos si précieuses vies
Où leur sens de la fraternité
Les laissera en guerre
Pour l’éternité
Pour ces trésors de guerre
Qu’ils ne partagent guère.
Mais que l’on ne veux plus faire
Surtout contre cette humanité
Où son temps est compté.
De toutes les façons !
Où notre folie !
Nos haines !
Nos peurs !
Ne nous laisserons même pas 
Le temps 
D’aller voir ailleurs.

2alexandria-ocasio-cortez2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.