NTParis
Membre de la famille du pire des virus sur cette terre
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mai 2020

NTParis
Membre de la famille du pire des virus sur cette terre
Abonné·e de Mediapart

Comme il est affolant, ce mépris de la vie

NTParis
Membre de la famille du pire des virus sur cette terre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme il est affolant
Ce mépris de la vie,
De la santé des gens,
Non seulement de tout un pays,
Mais de tous les êtres humains
Vivants sur cette planète.
Ce virus n’a pas de frontières
Et non ce n’est pas une gripette*.
Tant que nous n’aurons pas trouvé de vaccin,
Il sera là comme une épée de Damoclès
Au dessus de nos têtes.
Mettant en péril effectivement nos économies,
Mais c’est un moindre mal,
Ce qu’il y a de plus grave
C’est qu’il met en péril notre humanité,
C’est à dire le genre humain.
Car il n’est plus question de la fin d’une civilisation
Mais il est question de la destruction de cette nature
Qui nous permet de vivre
Et sans laquelle nous n’aurions,
Nous, les êtres humains, pas pu voir le jour.
Oubliant que tous les êtres vivants sur cette planète,
Humains, animaux, végétaux avons un rôle à jouer pour que la vie y soit possible,
Aussi bien sur terre, dans les océans que dans les airs.
Nous ne connaissons pas encore scientifiquement
Toutes les interactions que chaque êtres vivants ont dans cette Nature,
Unique en son genre dans l’univers,
Pour y permettre la vie.
Mais cela ne nous empêche en aucune façon de détruire cette Nature
Sans la quelle la vie n’est plus possible pour nous,
Car nous oublions que nous en sommes l’ultime maillon.
Sans cette Nature nous n’aurions même pas vu le jour.
Mais ce qu’il y a de plus aberrant,
C’est que l’on a cette désagréable sensation
Que l’on ne veut pas prendre conscience,
Que cette vie n’est possible
Que sur cette Planète.
Il n’y a aucune planète à notre connaissance et surtout à notre portée,
Pour continuer à nous la permettre.
On dirait que les gens sont heureux et fier de voir l’humanité s’éteindre.
Pourquoi ?
Pour se venger de ne pas avoir le droit d’être des dieux
et de ne pas avoir droit à l’éternité ?

* un virus est un être vivant qui n’a que pour seul but de se reproduire, au sein d’un hôte.
C’est un parasite invisible.
Il ne fait ni racisme, ni sexisme, il n'a aucun état d'âme. Il se reproduit.
Seul un vaccin peut l’empêcher de continuer de faire des victimes.
Sinon il y a effectivement la solution de la sélection naturelle,
où seul.e.s, ceux et celles qui y survivent ont le droit de vivre,
nous laissant tout simplement au rang d’animal
et non d’être humain civilisé.
Mais le sommes nous vraiment tout compte fait.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal
Aux origines françaises du « soft power »
Dans un livre qui veut renouveler l’historiographie de la colonisation, l’historien David Todd explore les formes oubliées de l’Empire français au XIXe siècle et bat en brèche l’opposition canonique entre les répertoires impériaux français et britanniques.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement