La soumission peut elle exister sans violence?

Marine Le Pen n'a pas la volonté de gagner, 
Elle ne fait que profiter 
Que de votre manque d'ambition démocratique, 
Où dans ce système de soumission et de violence 
Que nous laisse l'histoire de notre humanité, 
Vous ne faites que lui laisser la part belle, 
Car tout compte fait 
Vous n'osez pas vous y refuser. 
Car il y a et il y aura toujours une différence 
Entre obliger les gens à être 
Comme nous croyons bon, qu'ils devraient être 
Et de tout faire pour leurs permettre de s'épanouir 
Dans cette société que nous continuons toujours 
D'essayer de construire. 
La réalité est complexe, 
Comme vivre en démocratie, 
Où il faut bien l'avouer, 
Ce système de soumission 
Où la violence en est l'essence même, 
Pour qu’elle puisse exister, 
Ne permet pas aux gens de prendre conscience 
Que la démocratie nous permet d'être 
Tous des êtres différents 
Où l'on a le droit de dire non 
A toute forme d'obligeance, 
Mais cela apparemment vous dérange, 
Car comme eux, sans cette soumission
Vous n'avez plus intellectuellement
De raisons d’existence.
Où que vous le vouliez ou non 
Vous êtes aussi meurtrier qu’eux.
Eux dans leurs absurdes certitudes, 
Où ils n’acceptent aucune différence
Et où la liberté devient privilège
Où l’égalité est une offense à leurs raisons d’être
Et où la fraternité n’est que la principale raison 
De leurs violences, pour ne jamais vouloir l’accorder.
Et vous dans cette opportunisme
Où tout compte fait 
Vous ne faites que profiter
Des faiblesses et de l’ignorance des gens.
Où votre ambition n’est pas démocratique
Mais juste celle d’être de bons pères de famille.
Où la soumission que vous vous imposer
Finit tôt ou tard par s’exprimer par la violence
En regard de votre lâcheté, 
Qui oublie pour je ne sais quelles raisons 
Que la violence est un viol de nos libertés, 
Que l’égalité de nos droits ne sont pas que valables au sein de nos frontières,
Faisant de vous, comme eux d’ailleurs,  
D’insignifiants nationalistes,
Qui n’ont plus aucune raison d’être à l’heure actuelle,
Faisant de la fraternité qu’une éloge de l’exploitation humaine,
Au nom d’une rentabilité,
Où nous sommes toujours
Considéré.e.s comme du bétail
Que l'on est obligé de nourrir
Et que votre manque de lucidité,
N’arrive toujours pas à qualifier de destructrice pour notre humanité.
Quelle confiance voulez vous que l’on vous porte,
Alors que votre politique n’est qu’une survivance
De ce patriarcat et matriarcat 
Où justement la soumission ne peut s’asseoir
Que grâce à la violence.
Où vous ne faites évoluer nos droits 
Tout compte fait
Que pour permettre cette survivance.

esclave

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.