Jouer à la roulette russe

Combien de décennies perdues dans des politiques économiques et sociales
complètement castratrices, plutôt qu’éducatives et égalitaires.

Combien de décennies passées à ignorer,
par facilité et surtout cupidité de cet état de soi-disant supériorité,
les inquiétudes des chercheurs.

Qui ne font qu’agrandir notre savoir sur cette vie
Dans l’univers et sa complexité sans fin
et où on les empêche de continuer leurs recherches
sur cette connaissance indispensable pour notre compréhension
de cet univers qui nous entoure,
parce que cela n’est pas rentable,
là, maintenant, tout de suite,
alors que justement le rôle de la recherche,
c’est de pouvoir anticiper.

Nos sociétés se marchent sur la tête,
perdues dans le top 50 des possédants,
où notre vie en démocratie
se résume plus qu’à cette quête
de château en Espagne.

Un peu comme si on lançait une super-balle avec un bazooka dans une pièce de 2 m².

Mais malgré tout, cela n’empêche pas les aboiements de tous ces obscurantistes.
Qui en tirent privilèges et qui sont toujours prêts pour leurs petits intérêts de bafouer,
les droits élémentaires des citoyens vivant sur cette planète
sous prétexte qu’ils ne sont pas nés au bon endroit.
Continuant qu’ils le veuillent ou non, à se résoudre à verser dans l’esclavagisme,
car il ne faut pas oublier que les lois ne sont pas faites pour embêter les gens,
mais pour leurs permettre de rester honnêtes,
car ils oublient vite que ce n’est pas parce qu’une loi n’est pas là pour protéger les gens dans un pays,
qu’ils en ont pour autant le droit d’oublier les lois du pays d’où ils viennent,
ne faisant que permettre à leurs intérêts de se maintenir,
voir, de croître en fonction du coup de la main d’œuvre
qu’ils arrivaient à marchander (négocier serait galvaudé).

Ne faisant malheureusement que bloquer toutes les économies
des pays dit évolués, détruisant des pans de notre industrie,
sans aucune reconnaissance pour tous ces gens qui se sont fait exploiter
pour leurs permettre, d'avoir les moyens, d'aller le faire ailleurs, encore et encore
Laissant une petite place à l'artisanat comme seul luxe.

Et comme toutes les sociétés inégalitaires, depuis le début de l’histoire de l’humanité,
fatalement de plus en plus violente, surtout au regard de cette inégalité savamment orchestré,
pour toujours obliger les gens à travailler plus, pour toujours moins d’argent,
alors que les bénéfices eux sont exponentiels,
faisant que 10 % de la population détient 80 % des richesses,
et où 1% de cette population la plus riche,
se permet de polluer deux fois plus
Que 50% du reste de population,
Avec cette grande suffisance de nous faire croire
que cette exploitation voulue et entretenue,
c'est justement pour ne pas trop polluer.

Aujourd’hui plus que jamais, notre manque de justice sociale sur cette planète,
car que cela ne déplaise aux esprits les plus fermés, les plus réfractaires, les plus conservateurs, les plus privilégiés,
ne met pas en danger notre civilisation, mais notre humanité,
qui se retrouve entre les mains des 4 dernières et prochaines générations. 
Où on est obligé de mettre une fin à toutes ces années de retard,
de façon irrémédiable.

Où le manque de connaissance sur ce qu’est notre écosystème échappe,
à une trop grosse partie des générations antérieurs.
Pour qui la cupidité était le seul moyen de parer
à ce désœuvrement intellectuel et de garantir un avenir à leurs propres descendants.
Ne faisant que répéter, ce que les générations précédentes ont fait
et où d’un seul coup s’affiche notre mépris pour cette richesse incommensurable
et à laquelle on attache aucune importance,
et que représente ce savoir immense que nous avons,
sur ce qui fait la vie dans cet immense univers,
que l’on ne sait même pas, s’il fait parti d’une autre entité
encore plus vaste
et où un corps microscopique
à plus de pouvoir destructeur
que toutes nos armées réunies
et contre lequel, elles ne peuvent rien.

Et où les esprits les plus simplistes s’aperçoivent
que la seule façon pour permettre à notre humanité
de survivre normalement et pour le plus grands nombres d’entre nous
et de sauver à tout prix cette nature
que nous offre cette planète unique
en son genre dans l’univers
et qui nous a offert la vie.
Et où la justice sociale et donc l'égalité de nos droits
n'est pas une utopie, mais une nécessité
pour permettre à notre humanité
d'avoir encore une chance d'exister.

Mais où malheureusement les esprits les plus ignorants
ou pire encore les plus sectaires y voient le signe d’hypothétiques Dieux,
accrochés à ce soi-disant pouvoir
que leurs confèrent leurs religions,
où leurs certitudes leurs permettent
d'attendre sans rien faire le bon vouloir des dieux.
Oubliant vite leur intelligence d’être humain,
pour celles d’armées de soldats
de toutes les façons toujours barbares
pour assouvir tous les caprices de leurs soi-disant dieux.
Leurs permettant de ne pas culpabiliser
d'en devenir égoïste, se permettant de croire
qu'ils ont le droit d'exploiter les gens
qui sont soi-disant,
différents d'eux.
Ne culpabilisant en aucune manière
d'avoir recourt à la violence
pour maintenir ces inégalités

Ne faisant que flatter cette soi-disant intelligence
Qui au regard de nos lois existantes
N'est que cela ne leurs déplaise
Que de la malhonnêteté

be4

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.