Gentleman à la croix de fer

Quel bel alibi
Qui se trahit
Devant ce mépris
Qui s’affiche là
Sous vos mots
Où tout s’éclaire
Où tout devient claire
Aussi claire
Que votre sens des affaires
Et son monde d’enfer
Où vous êtes toujours prêt
A vendre pères et mères
Pour ce caprice d’enfants
Où l’on détruit
Sous nos yeux ébahis
Cette nature
Sans laquelle
On ne peut pas vivre.
Mais cela n’a jamais été
Votre affaire

antifacista2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.