POURQUOI LE YEMEN?

Quel était le crime de ces villageois yéménites réunis pour fêter un mariage avec de la musique et des danses joyeuses ? 131 personnes ont péri sous le raid aérien des coalisés en plein milieu de la fête. Combien pèse un va-nu-pieds yéménite face à un Rafale ou à une seule de ses bombes?

 

 A ceux qui demandent encore, « pourquoi la France est-elle touchée? » je voudrais demander : « pourquoi Madrid, pourquoi Londres, pourquoi Ankara, pourquoi Beyrouth,  pourquoi Nairobi ?». Ce sont des capitales qui ont été frappés aussi durement que Paris par des attaques terroristes.   

 « Leur seul crime était de vivre, et d’aimer la fête, la musique» répètent les gens,  comme des robots programmés par les médias, aux journalistes qui les interrogent dans les rues de Paris. Les Syriens aussi aimaient la musique. Il y avait d’excellents musiciens à Halep, et même des Occidentaux comme le grand Julien Weiss qui s’y était installé pour créer avec ses amis syriens un groupe de musique sublime: El Kindi. Les gens aimaient sortir, boire et manger dans des restaurants, se voir entre amis dans des cafés,  gouter à des pâtisseries succulentes farcies de pistaches généreuses. C’était avant que leur pays ne soit transformé en un champ de bataille où les grandes puissances s’affrontent par le biais de leurs pions, pour redessiner la carte mondiale par le feu et le sang. Un ministre français des affaires étrangères est passé par là, en incitant d’obscurs opposants à prendre les armes contre un président qu’on ne veut plus accueillir à la tribune d’honneur pendant les défilés du 14 juillet.  

 Halep est maintenant un champ de ruines. La musique s’est tue. Elle s’est plutôt transformée en lamentations. Mais nous nous bouchons les oreilles pour ne pas entendre les suppliques des millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil. De quels crimes étaient coupables ces bébés, ces enfants, ces femmes et ces hommes se noyant par centaines dans les eaux de la Méditerranée ?

Quel était le crime de ces villageois yéménites réunis pour fêter un mariage avec de la musique et des danses joyeuses ?  Même les hommes avec d’énormes djambias à la ceinture savent danser avec grâce là-bas.  131 femmes, enfants et pères de famille ont péri sous le raid aérien des coalisés en plein milieu de la fête. Combien pèse un va-nu-pieds yéménite face à un avion Rafale ou à une seule de ses bombes qui portent la mort ?  Qui se soucie de nos drones qui pleuvent sur le Yémen, sans épargner ni les humains, ni les bijoux d’architecture de cette civilisation unique ? Elles réduisent à néant un patrimoine archéologique plusieurs fois millénaire, appartenant non seulement aux Yéménites mais aussi à l’humanité toute entière! 

Arrêtons de nous gargariser avec des explications chauvines du genre « nos valeurs, notre liberté, notre joie de vivre, notre amour de la musique et du vin. » On n’est pas si uniques au monde !

Nous savons très bien que la France n’a plus de joie de vivre depuis longtemps déjà: face à l’ambiance morose créée par le chômage et la violence grandissante dans les ghettos, c’était déjà un peu le « sauve qui peut » !  La liberté et l’égalité étaient devenues de vains mots pour des milliers de jeunes Français dont les faciès ne correspondaient pas aux normes établies. La fraternité avait disparu sous les matraques et les gaz lacrymogènes de la police de Sarkozy et de Valls contre les Rom européens ou des réfugiés dormant sous les ponts. La chasse se poursuivait même à l’intérieur des trains pour en faire descendre les réfugiés qui avaient pourtant acheté leur titre de voyage. On croirait le retour de la police de Vichy. Pourtant, le FN n’est pas encore au pouvoir, même s’il est devenu le troisième parti du pays, avec 30 % des votes !

Qu’importe tout cela ! « On a le champagne » comme le montrait, dans une totale inconscience, la couverture stupide et de mauvais goût de Charlie Hebdo. Oui, ils ont les armes, les terroristes. Celles que nous leur vendons.  Alors santé !  

 

                                                                                              Nur DOLAY

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.