OFNI #15 / BOO, FOREVER

Soirée de clôture du 15ème festival OFNI, avec la performance hommage à Richard Brautigan BOO, FOREVER par Gauthier Keyaerts et Stephan Ink...

Dernier soir du festival OFNI #15, le focus sur Richard Brautigan se termine avec brio au Lieu Multiple.

Le duo belge de BOO, FOREVER nous a offert un magnifique voyage à travers l’œuvre de Brautigan. Extraits sonores, extraits vidéos d’une de ses dernières interviews, musique jouée en live et images qui défilent devant nos yeux…

Boo, Forever © Thomas Regdosz Boo, Forever © Thomas Regdosz

L’œuvre est fascinante, Richard Brautigan l’est encore plus. Les deux artistes nous ont ouvert une porte sur la vie de l’auteur américain. Son enfance, son adolescence, son écriture, sa famille et la nuée de papillons monarques porteuse de son esprit qui s’est envolée du conduit de la cheminée lorsque sa fille revint dans sa maison après sa mort. Toute la pièce est emprunte d’une beauté et d’une poésie mélancolique.

Les mots se mêlent aux images qui se mêlent à la musique et finalement, c’est une pièce qui donne envie de s’intéresser à l’auteur si on ne le connaît pas. Et même si on le connaît, je crois que c’est une œuvre qui doit résonner d’une manière différente et apporter une autre approche de ses écrits.

Boo, Forever © Thomas Regdosz Boo, Forever © Thomas Regdosz

C’est une pièce très intimiste, nous étions assis.e.s par terre sur des coussins pour apprécier le spectacle, et cela vient renfoncer l’idée de rentrer dans la vie de Richard Brautigan, comme un conte, une histoire racontée autour d’un feu de camp, une légende.

C’était une très belle clôture de festival, avec une impression de mieux connaître quelqu’un et d’avoir envie de le connaître de la plus belle des manières.

Bénédicte Fernandez

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.