lacis

Voies empruntées dans le dédale de feuilles à pourrir, l'odeur des cadavres encastrés dans la terre accueillante qui se souvient.

Pas à pas la trace éphémère des hasards s'incruste et les entrelacs sont lus du bout des doigts par les mains à venir qui fouillent et dessinent au creux imaginaire des paumes.

A l'égréner et la humer motte par motte l'évidence acide jusque dans les papilles, du goût de l'autre.

 

Et dans les ventres gonflés s'agrègent les particules étrangères, agglomérats d'errances qui ne se digèrent pas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.