SARKOSYDAY

Bon, ben voilà, on s'attendait à ce qu'aucune des questions génantes ne soient posées, elles l'ont été pour la plupart, il a répondu, avec sa dialectique, sa vision inégalitaire et partielle, ses mensonges, mais il a balayé les accusations de censure, et montré une fois de plus qu'il se sent légitime et qu'il continuera sa politique pour les riches parce que c'est pour cela qu'il a été élu... C'est simple, comme du Georges Bush: "la vérité: ma vérité."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.