Sur les traces d'Hazel Motes

Non, Hazel Motes n'est pas devenu fou, comme j'ai pu l'affirmer, sans fondement, lors de mon précédent billet sur l'oeuvre de Flannery O' Connor. La question n'est pas de savoir pour le moment, pourquoi j'affirme des trucs sans fondement. Ou plutôt si, lutter contre le vide, n'est pas remplir le vide à tout prix. Voilà. Sur les traces du vide: un trou noir, aveugle, avec "un minuscule point lumineux au fond"- Hazel Motes. Mais il ne faudrait pas confondre le mystère avec le vide.

Le mystère n'est pas vide. Le monde d'Hazel Motes est mystère. Un mystère inquiétant, tout entier habité par le mal. Un mal profond. Il n'est pas sans culture, sans intelligence, sans raison, ce monde. Il est sans repère. Un monde au sein duquel l'humanité se réduit à un ensemble de pantins mal articulés, aux visages minéraux.

Des visages de fer:" Il faisait penser à un fusil dont personne ne soupçonnerait qu'il est chargé".

Des visages de bois:" Il rappelait ces portes de placard, dans les films de gangsters, derrière lesquelles quelqu'un est attaché, la bouche bâillonnée d'une serviette".

Des visages de pierre:" On aurait pu croire que le visage d'Hazel Motes était sculpté dans la pierre".

Que peut bien vouloir Hazel Motes, l'homme affublé d'un pareil visage?

Hazel veut voir la vérité. Alors il se fait prophète. Prophète de l'Eglise de la Vérité Sans Jésus Christ. Il est sans cesse guidé dans sa quête par une force intérieure: "L'homme avait l'air retenu par quelque main invisible, et on imaginait que si la main relâchait son étreinte, la silhouette sauterait d'un bond(...)".

Hazel veut voir la vérité et il trouve sa vérité au fond de lui, dans le mal et la violence qui l'habitent et le dirigent.

Non, la lecture de "Wise Blood" n'est pas récréative. Oui, Flannery O' Connor est un écrivain catholique, mais ses personnages hantés par le mal nous parlent de nous. Par delà la grâce, la folie et l'angoisse du vide.

Misérable humanité tout entière occupée à agir, poussée par son sang, celui qu'elle sent battre en elle, et celui qu'elle répand.

Alors, si nous sommes aveugles, essayons d'entendre.

Wise Blood,( trad: Maurice-Edgard Coindreau): La sagesse dans le sang, Flannery O' Connor, Oeuvres complètes, Quarto,

gallimard, 2009, 29,90 euros.

Le Malin, adaptation cinématographique, John Huston, 1989.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.