Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

298 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2016

«Mon 13 novembre à Fresnes»

Derrière les murs de sa cellule de Fresnes, un détenu raconte son 13 novembre. Les bruits anormaux qui se répandent comme une trainée de poudre, l’inquiétude pour ses proches, l’impossibilité de les contacter, faute de téléphone portable autorisé… Dans la lettre reçue avec ce texte « libre de droits », il se dit « scandalisé » par cette prison qui fabrique « la récidive plutôt que la réinsertion »

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J'ai bien senti que quelque chose se passait. C'était pas un but. C'était autre chose. Mais je continue de regarder mon émission. Les portes n'ont pas tremblé. Peut-être un but pour l'Allemagne. Cette satanée télévision qui accapare mon regard me dira le score tout à l'heure. Je continue.

La prison tremble à nouveau, niveau sensoriel je capte un but mais aussi un petit quelque chose de nouveau. Ça fait pourtant deux ans que je suis là, les sons, je commence à les maîtriser. Je zappe, je sais que quelque chose s'est passé. C'est obligé. Le Bataclan est assiégé... Punaise, le bar rue de Charonne. Voltaire, le Stade de France… ! Autant d'endroits où j'aurais été susceptible d'être en d'autres circonstances.

Las, je n'en peux plus et retourne sur ma série, chez eux, les morts sont pour de faux. Par la fenêtre, j'entends comme des bruissements malades. D'habitude, les diverses manifestations sonores sont des invectives, des casseroles qui xylophonent, les barreaux, des coups sur les portes, les « Allah ou Akbar »1 (faudrait savoir à la fin). Des « Ouééééé onvaléniké » ou des « Ouééééé onvavouniké ».... Diverses options concernant la mère de beaucoup de gens fleurissement également. Mais là, c'est comme si personne n'était au point, certains étaient manifestement heureux et soudain de nombreuses conversations trans-barreaux ont éclaté.

Bien étranges, irréelles conversations entre certains heureux et d'autres, leurs frères, qui craignaient pour leur famille, pour les leurs, pour leur religion même. Les ondes de désespoir ricochaient entre les façades vers les inconscients qui réalisaient à peine ce que tout ceci commençait à vouloir dire. Un pas a été franchi. Les répercussions seront terribles. Les frontières sont déjà fermées, tout le monde est sur les dents. A quand l'armée dans les cités, l'état d'urgence, les rafles. Les Rafales ? Les dénonciations vont reprendre leur cours abandonné en 1945, les prisons vont saturer. Au secours.

Il faut que j'appelle ma fille, il n'y a pas de raison qu'elle ait été près du front hier mais avec des « si », il y a beaucoup de raisons que le cas échoit. J'ai des potes aussi dehors qui ne crachent pas sur une petite terrasse parfois, surtout un vendredi soir. L'angoisse monte au fil de ces lignes, chacun de ces endroits je les connais. J'ai habité à Répu', je connais du monde là-bas. J'aimerais savoir si des proches, des connaissances ont été touchées. Comment faire ? Ce n'est pas dans ma cellule que je vais trouver internet ou un téléphone. J'ai mis le drapeau pour aller téléphoner. J'attends, je ne suis pas le seul à avoir besoin de communiquer. Finalement, je vais devoir aller en promenade pour passer quelques coups de fil si le téléphone fonctionne, s'il n'y a pas de queue. Surtout s'il fonctionne...

Les surveillants sont tendus. On sent que le moindre accrochage peut faire des étincelles générant les blocages qui vont avec. La machine carcérale est une monstrueuse horlogerie qui digère les hommes dans ses rouages et la météo annonce une tempête de sable... Au secours. »


1. L'orthographe n'a pas été modifiée.

2. Morceau de papier glissé par un détenu dans la fente de la porte de sa cellule pour interpeler le surveillant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c