Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

299 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2016

Zoo humain

Six caméras qui couvrent jusqu’aux sanitaires et tournent en boucle, c'est le dispositif de vidéo-surveillance appliqué à Salah Abdeslam.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CGLPL

Par Cecile Marcel et Marie Crétenot de l'Observatoire international des prisons - section française

Le regarder vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Savoir qu’il se « lave les dents à toute vitesse ». Qu’« il ne porte plus la djellaba ». Qu’il « range » sa cellule « au fur et à mesure, avec des gestes saccadés, rapides ». Qu’il « se lave les mains » lorsqu’il « sort des toilettes ». Qu’« il regarde assez peu l’Euro » et qu’« en revanche, son truc » – drôle de mise en abîme – c’est plutôt « la téléréalité »… C’est ce qu’autorise le dispositif de vidéosurveillance installé dans la cellule de Salah Abdeslam. Six caméras qui couvrent jusqu’aux sanitaires et tournent en boucle. Avec, pour les surveillants qui se relaient continuellement derrière des écrans pour « noter scrupuleusement tous ses faits et gestes », la possibilité de « zoomer sur ce qu’il lit, ce qu’il mange ». C’est aussi ce que se permettent de divulguer des parlementaires à l’issue de visites de la prison de Fleury-Mérogis où il est détenu. Devant la figure du « monstre » il n’y a manifestement plus d’indécence.

Ce qui justifie cette atteinte à la dignité d’une ampleur inédite ? La « protection » contre les risques d’évasion ou de suicide, selon l’arrêté qui prévoit ce dispositif de vidéosurveillance. Avec un détournement assumé du sens de la protection puisqu’il s’agit  en fait de s’assurer que Salah Abdeslam restera vivant jusqu’à son procès. Franchissant un nouveau cap dans le populisme pénal, l’arrêté va jusqu’à préciser que ces mesures s’appliquent à certaines personnes « eu égard aux circonstances particulières à l'origine de leur incarcération et l'impact de celles-ci sur l'opinion publique. »  Les mots sont lâchés. Pour satisfaire la soif de vengeance, on retire à un homme « l’unique liberté qu’il pourrait avoir, celle de se supprimer », comme le souligne l’un de ses gardiens. On impose des conditions de détention attentatoires à l’intégrité psychique. On bafoue les valeurs les plus élémentaires de l’état de droit. Et certains s’offusquent - à grand renfort médiatique - que celui que l’on veut « garder vivant » puisse… vivre, tout simplement. Surtout, on crée les conditions d’une expansion de ce dispositif à d’autres personnes détenues dont les crimes - et ils sont nombreux à en avoir le potentiel - sont susceptibles d’avoir un « impact » sur une opinion publique décidément bien malmenée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener