Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

322 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2016

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux : le reniement ?

« L’incarcération est un outil utile » a déclaré au Parisien Jean-Jacques Urvoas, lors de sa première interview en tant que garde des Sceaux. Ajoutant vouloir « construire de nouvelles places de prison » pour résoudre la surpopulation. Il ne lui aura pas fallu longtemps pour rompre avec la ligne politique qu'il défendait avant d'intégrer le gouvernement Valls.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un établissement pénitentiaire par © Bertrand Desprez / VU

Député du Finistère, Jean-Jacques Urvoas affirmait en 2012, que « les politiques qui misent sur l’incarcération ne sont pas efficaces ». Et soulignait que « la première étape pour éviter la récidive est d’éviter l’emprisonnement qui aggrave la situation sociale, psychique, familiale des personnes, perpétue des phénomènes de violence et enferme les personnes dans un statut de délinquant » (Assemblée nationale, 20 février). En novembre 2014, il fustigeait encore : « la surpopulation carcérale a des effets désastreux et on continue d’enfermer ». Et évoquait l’extension du parc carcéral comme « une course sans fin » n’ayant pas « d’autres effets que d’encourager de nouvelles incarcérations » (rapport d’information n°2388 sur l’encellulement individuel).

Ce revirement total – pour ceux qui ont suivi ses prises de position depuis les débats sur la loi pénitentiaire de 2009 – laisse présager l’abandon définitif des acquis de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive et le retour d’une politique pénale purement électoraliste. Surfant sur l’idée populaire mais erronée selon laquelle l’emprisonnement serait une réponse efficace alors qu’il aggrave en fait les facteurs de délinquance, pour un coût exorbitant - bien supérieur à une prise en charge en milieu ouvert. Le temps où le gouvernement s’intéressait aux enseignements de la recherche et aux effets délétères de ses politiques semble révolu.

Une situation qui ne lasse pas d’inquiéter non plus en matière pénitentiaire. Que va faire, en qualité de garde des Sceaux, celui qui, il n’y a pas si longtemps, énonçait « qu’il faut faire entrer le droit en prison » (20 février 2012) ? Rappelant qu’il n’avait pas, au même titre que tout le groupe socialiste, voté la loi pénitentiaire car elle manquait cet objectif. Le ministre qui se veut « avant tout dans l’action » va-t-il se souvenir qu’il prônait une réforme d’envergure de la condition pénitentiaire ? Englobant, conformément aux recommandations du Conseil de l’Europe, la proscription des fouilles à nu, la réduction du champ discrétionnaire de l’administration pénitentiaire en généralisant les voies de recours, la possibilité de saisir le juge en urgence en cas de décision particulièrement attentatoire aux droits fondamentaux (placement au quartier disciplinaire ou à l’isolement, refus ou retrait de permis de visite, etc.) Mais aussi la reconnaissance du droit à la liberté d’expression en prison, l’extension des possibilités de permission de sortir pour maintien des liens familiaux, la limitation des pouvoirs de sanction disciplinaire des directeurs de prison, l’autorisation des téléphones portables dans certains établissements. Ou encore l’application du droit commun en matière sociale, avec l’instauration d’un RSA aménagé et d’un contrat de travail pour les détenus travailleurs.

Celui qui affirme vouloir « tracer [son] propre sillon » va-t-il agir en faveur de ces axes, ou va-t-il, comme en pénal, se détourner de lui-même ? Et laisser le Droit aux portes des prisons.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Journal
Violences conjugales : l’Assemblée vote la création de juridictions spéciales
Les députés ont adopté une proposition de loi créant des pôles spécialisés au sein des tribunaux pour juger les violences intrafamiliales. Une proposition du groupe LR, soutenue par toutes les oppositions… et farouchement combattue par Éric Dupond-Moretti.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le retour de Dominique Voynet fait débat chez les écologistes
L’ancienne ministre de l’environnement a été élue secrétaire régionale des Verts en Franche-Comté. Des militantes féministes la contestent à cause de son témoignage de soutien à Denis Baupin, lors du procès en diffamation qu’il avait intenté. Elle s’en dit aujourd’hui « désolée ».
par Mathieu Dejean
Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte