Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

311 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2018

Inventaire non-exhaustif des conditions de vie en maison d’arrêt

Réservées aux personnes en attente de jugement ou condamnées à de courtes peines, les maisons d’arrêt sont les prisons les plus touchées par la surpopulation. Dans certains établissements anciens, les conditions de vie sont particulièrement éprouvantes.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La prison par les prisonniers, 4/21.

Dans la maison d’arrêt où je suis détenu, je partage ma cellule avec un codétenu et dispose de 3 m² d’espace vital. La cellule n’est pas équipée de VMC, les toilettes ne sont pas cloisonnées jusqu’au plafond et n’ont pas de porte. Je dois manger à 1 m 50 du WC et les odeurs stagnent dans la cellule. Je me sens rabaissé de devoir faire mes besoins en présence d’un codétenu. La cellule est sombre du fait de la pose de caillebottis et du système de barreaudage. Les fenêtres ne sont pas étanches. La table mesure 90 cm, soit 45 cm par personne, c’est peu pour les repas.

Plan d'une cellule de la prison de Rémire-Montjoly (en Guyane) par un détenu y ayant séjourné.

Au sein de cet établissement, on ne perçoit ni rouleaux de papier toilette ni sac poubelle. On doit cantiner. On reçoit une éponge et deux flacons d’eau de javel par mois. Cependant, le kit de nettoyage se donne rarement, il faut le demander. Dans la cour de promenade, il n’y a pas de banc pour s’asseoir, pas non plus d’urinoir ou WC. On ne peut pas jouer au foot ou au ballon durant la promenade, et il n’y a pas de barre de traction. Le préau est trop petit pour abriter les personnes détenues. On n’a pas le droit de disposer de journaux ou de lire en promenade. Tous les jours, il y a sondage des barreaux à partir de 14 h, y compris le week-end. Impossible de faire une sieste, d’écouter la télé ou de lire. Je suis non-fumeur et on m’a mis avec un fumeur. L’encellulement individuel devrait être respecté en maison d’arrêt.

En matière de soins dentaires, le dentiste intervient une demi-journée par mois. Pour le dermatologue, on a cinq mois d’attente, même en cas d’urgence. L’établissement ne dispose pas d’un monte-charge et encore moins d’ascenseur. Il n’y a que des escaliers. Or l’école, l’unité sanitaire, la bibliothèque, la salle de musculation et la salle de culte se situent au deuxième étage. Les personnes à mobilité réduite incarcérées n’y ont donc pas accès. On m’a refusé une copie du règlement intérieur.

Par R. M.


Des conditions de détention qui varient selon l’établissement

Le parc carcéral français se compose de 186 établissements pénitentiaires, d’une très grande diversité de taille, architecture, ancienneté, etc. Parmi eux, 82 sont des maisons d’arrêt et 50 comportent des quartiers « maison d’arrêt »*. Ils abritent la majorité de la population détenue (68,4 %) et sont les plus surpeuplés, avec un taux moyen d’occupation de 143 % (au 1er juillet 2018). Les établissements pour peine, parmi lesquels il faut distinguer les centres de détention (censés être orientés vers la réinsertion) et les maisons centrales (au niveau de sécurité renforcé) ne sont pas touchés par la surpopulation. L’encellulement individuel y est davantage respecté, et dans les établissements les plus récents, les personnes disposent de toilettes et douches individuelles en cellule. Le problème dans ces établissements est moins l’insalubrité que la raréfaction des rapports humains, la façon dont ils sont conçus limitant les interactions entre prisonniers mais aussi entre prisonniers et personnels pénitentiaires. Ainsi, une personne détenue au centre de détention de Rennes-Vezin écrivait à l’OIP : « Cette prison est neuve mais la chaleur humaine y est quasi inexistante contrairement à une ancienne prison (Évreux) où j’ai été incarcéré il y a dix ans. » – OIP-SF

* Selon le tableau de bord du 31 octobre 2016 de l’administration pénitentiaire.


"La prison par les prisonniers. Quand les détenus prennent la plume" : découvrez la note d'intention du 100eDedans Dehors, numéro exceptionnel entièrement rédigé par les détenus.

Et les autres témoignages de la rubrique "Conditions de détention" :
- Prison : premières impressions (1/21).
- L'arrêt public (2/21).
- Sommeil d'enfant (3/21)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan