Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

299 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2016

« Le premier parloir intime, c’est comme aller à sa première boum »

Sexualité et prison 4/14 - En cinq ans de mariage avec Jérôme, détenu pour une longue peine, Christelle a connu huit prisons et autant de types de parloirs. Elle a pu expérimenter les "unités de vie familiale". Une bulle, avec son contrecoup.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Je me souviens très bien de notre première unité de vie familiale (UVF). C’était il y a quatre ans. On est restés collés l’un à l’autre les six heures! On n’avait pas l’habitude d’avoir autant d’espace : au parloir, on se voit dans un local réduit, fermé. Me déplacer avec lui, pouvoir marcher à côté de lui, c’était nouveau. La première UVF, c’est comme aller à sa première boum, en fait !

L’autre grande différence avec les parloirs, c’est le temps, beaucoup plus long. Sur 48 ou 72 heures, on peut en profiter, se poser. C’est comme passer un week-end chez soi avec son mec : vous n’avez pas accès à l’extérieur, mais vous êtes dans votre cocon. On partage vraiment un quotidien. Quand on retourne aux parloirs ordinaires, on ne peut qu’être frustré. Des fois, j’enchaîne plusieurs parloirs sur un week-end : un premier le samedi après-midi, puis nuit à l’hôtel, un deuxième le dimanche matin, pause-déjeuner à l’extérieur, et j’y retourne à 14h. Ça n’a quand même rien à voir avec les UVF. Je ne suis pas avec lui tout le temps, c’est entrecoupé. Ce n’est pas seulement le fait de ne pas pouvoir dormir avec lui : je ne partage pas non plus ses repas, son quotidien... Le samedi soir, entre deux jours de parloirs, est vraiment déprimant. Jérôme est dans la taule et moi à 200 mètres, dans un hôtel miteux. C’est perdu en pleine campagne, je n’ai rien à faire là-bas, je ne connais personne. De toute façon, à ce moment-là je n’ai envie de rien. Le lendemain matin, je me lève à 7 h pour avoir le temps de me préparer, et je file au parloir.

Je n’arrive pas à prendre des UVF de plus de 48 heures pour l’instant, sauf pendant mes vacances. Mon mari insiste pour que je me mette en arrêt pour des UVF plus longues. Pour lui, ça parait simple : j’ai « juste » à expliquer à mon patron que mon mari est en prison. Mais c'est compliqué pour moi… Ça suppose de prendre une demi-journée de congé, d’avoir préparé la veille les affaires que j’apporte, et donc d’avoir en amont fait les courses, etc. Toute la semaine, je cours. Il ne se rend pas compte, mais c’est seulement lorsque j’arrive à l’UVF que je peux me poser. Quand je ressors à 18 h le dimanche soir, j’ai encore trois heures de route pour rentrer à Paris. J’arrive à 21-22 h. Et le lendemain, je me lève à 6 h 30 pour aller travailler. Ma vie tourne autour de ça en fait. Mais le jeu en vaut la chandelle : quand c’est pour une UVF, je sais pourquoi je cours.

Il y a aussi le contrecoup. C’est comme si vous goûtiez à un semblant de quotidien et puis, stop ! On vous le retire. À la fois, ça ressource, ça fait du bien, et d’un autre côté, vous vous prenez une grosse claque. Ça m’arrive encore de pleurer en sortant. Quand je rentre chez moi, je coupe tout, je ne réponds pas au téléphone, je reste dans ma bulle. Je prends quelqu’un en covoiturage sur le voyage aller, pour les frais d’autoroute. Mais au retour, je ne prends personne. Je ne peux pas, je suis encore avec lui, collée à lui, même si je suis sortie. Au niveau émotionnel, c’est les montagnes russes. Lui est moins expressif. Mais je sais qu’il ne veut voir personne non plus après. C’est pas pour autant que je ne veux plus d’UVF : au contraire, j’en veux plus ! »

François Bès et Laure Anelli

Les autres billets de la série "Sexualité et prison" :

"Sexualité en prison : la grande hypocrisie" (1/14)

De surveillante de prison à femme de détenu (2/14)

Au coeur des parloirs intimes (3/14)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin