Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

299 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2016

« Le premier parloir intime, c’est comme aller à sa première boum »

Sexualité et prison 4/14 - En cinq ans de mariage avec Jérôme, détenu pour une longue peine, Christelle a connu huit prisons et autant de types de parloirs. Elle a pu expérimenter les "unités de vie familiale". Une bulle, avec son contrecoup.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Je me souviens très bien de notre première unité de vie familiale (UVF). C’était il y a quatre ans. On est restés collés l’un à l’autre les six heures! On n’avait pas l’habitude d’avoir autant d’espace : au parloir, on se voit dans un local réduit, fermé. Me déplacer avec lui, pouvoir marcher à côté de lui, c’était nouveau. La première UVF, c’est comme aller à sa première boum, en fait !

L’autre grande différence avec les parloirs, c’est le temps, beaucoup plus long. Sur 48 ou 72 heures, on peut en profiter, se poser. C’est comme passer un week-end chez soi avec son mec : vous n’avez pas accès à l’extérieur, mais vous êtes dans votre cocon. On partage vraiment un quotidien. Quand on retourne aux parloirs ordinaires, on ne peut qu’être frustré. Des fois, j’enchaîne plusieurs parloirs sur un week-end : un premier le samedi après-midi, puis nuit à l’hôtel, un deuxième le dimanche matin, pause-déjeuner à l’extérieur, et j’y retourne à 14h. Ça n’a quand même rien à voir avec les UVF. Je ne suis pas avec lui tout le temps, c’est entrecoupé. Ce n’est pas seulement le fait de ne pas pouvoir dormir avec lui : je ne partage pas non plus ses repas, son quotidien... Le samedi soir, entre deux jours de parloirs, est vraiment déprimant. Jérôme est dans la taule et moi à 200 mètres, dans un hôtel miteux. C’est perdu en pleine campagne, je n’ai rien à faire là-bas, je ne connais personne. De toute façon, à ce moment-là je n’ai envie de rien. Le lendemain matin, je me lève à 7 h pour avoir le temps de me préparer, et je file au parloir.

Je n’arrive pas à prendre des UVF de plus de 48 heures pour l’instant, sauf pendant mes vacances. Mon mari insiste pour que je me mette en arrêt pour des UVF plus longues. Pour lui, ça parait simple : j’ai « juste » à expliquer à mon patron que mon mari est en prison. Mais c'est compliqué pour moi… Ça suppose de prendre une demi-journée de congé, d’avoir préparé la veille les affaires que j’apporte, et donc d’avoir en amont fait les courses, etc. Toute la semaine, je cours. Il ne se rend pas compte, mais c’est seulement lorsque j’arrive à l’UVF que je peux me poser. Quand je ressors à 18 h le dimanche soir, j’ai encore trois heures de route pour rentrer à Paris. J’arrive à 21-22 h. Et le lendemain, je me lève à 6 h 30 pour aller travailler. Ma vie tourne autour de ça en fait. Mais le jeu en vaut la chandelle : quand c’est pour une UVF, je sais pourquoi je cours.

Il y a aussi le contrecoup. C’est comme si vous goûtiez à un semblant de quotidien et puis, stop ! On vous le retire. À la fois, ça ressource, ça fait du bien, et d’un autre côté, vous vous prenez une grosse claque. Ça m’arrive encore de pleurer en sortant. Quand je rentre chez moi, je coupe tout, je ne réponds pas au téléphone, je reste dans ma bulle. Je prends quelqu’un en covoiturage sur le voyage aller, pour les frais d’autoroute. Mais au retour, je ne prends personne. Je ne peux pas, je suis encore avec lui, collée à lui, même si je suis sortie. Au niveau émotionnel, c’est les montagnes russes. Lui est moins expressif. Mais je sais qu’il ne veut voir personne non plus après. C’est pas pour autant que je ne veux plus d’UVF : au contraire, j’en veux plus ! »

François Bès et Laure Anelli

Les autres billets de la série "Sexualité et prison" :

"Sexualité en prison : la grande hypocrisie" (1/14)

De surveillante de prison à femme de détenu (2/14)

Au coeur des parloirs intimes (3/14)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses