Les femmes épargnées par la justice?

Les femmes sont extrêmement minoritaires en prison. Une réalité dont les causes doivent être questionnées : serait-elles davantage respectueuses de la loi ? La justice ferait-elle preuve de clémence à leur égard ? Si ces deux explications sont sans doute pour partie vraies, elles masquent des formes de contrôle social insidieuses. Entretien avec la sociologue Coline Cardi.

Recueilli par Laure Anelli, de l'Observatoire international des prisons-section française. Dossier "Femmes détenues", 2/16.

Les femmes ne représentent que 3,5 % de la population carcérale. Est-ce simplement parce qu’elles commettent moins de délits ?

Coline Cardi : La première idée est effectivement de se dire que ces statistiques reflètent une moindre délinquance des femmes. Si l’on ne peut ni la vérifier, ni s’en contenter, cette hypothèse est sans doute pour partie vraie et s’explique sociologiquement. Dès le plus jeune âge et dans tous les espaces de socialisation (dans la famille, à l’école, etc.), on va être beaucoup plus intransigeant avec les filles qu’avec les garçons, on va prévenir sans cesse un certain nombre de comportements déviants qu’elles pourraient avoir, en même temps qu’on va leur attribuer un rôle de pacification des mœurs. Prenons l’exemple des terrains de foot : dans une étude(1), des chercheur.e.s observent que lors des matches féminins, on enregistre très peu de fautes disciplinaires. Est-ce que les femmes, par nature, commettraient moins d’incidents sur les terrains de sport ? En réalité, ils montrent que les arbitres sifflent beaucoup plus souvent et surtout beaucoup plus tôt que lors des matches masculins : dès qu’une femme va avoir un comportement un peu brusque ou déplacé, ils vont siffler, si bien que la violence n’advient pas. On va observer la même chose à l’école, où les filles sont également sous-représentées d’un point de vue statistique dans toutes les commissions disciplinaires. Parce que dès qu’une fille commence à être un peu bagarreuse par exemple, il va y avoir une punition, avant que la bagarre n’ait réellement commencé. Il y a comme ça tout un tas de mesures de contrôle social qui permettent de prévenir et de sanctionner en amont les infractions potentielles des femmes, si bien qu’elles n’adviennent pas, ou moins facilement que chez les hommes.

 © Grégoire Korganow/CGLPL © Grégoire Korganow/CGLPL

Est-ce la seule explication ?

Non. Quand on regarde les résultats des enquêtes mesurant la délinquance autodéclarée(2), on se rend compte que les femmes, notamment les mineures, sont quand même beaucoup plus nombreuses à déclarer des infractions que ce que l’on retrouve dans les statistiques de la délinquance enregistrée par la police. On peut donc penser que d’une certaine manière, elles échappent en partie aux institutions pénales. D’abord parce que le traitement policier est, au fond, extrêmement genré. La figure du délinquant, c’est un homme, que l’on va appréhender davantage dans l’espace public. Et de fait, les femmes n’ont pas le même accès à l’espace public et donc les arrestations sont davantage orientées vers les hommes. Sauf dans certains lieux comme les grands magasins, où la délinquance féminine va au contraire être très repérée ; si les femmes sont souvent condamnées pour vol à l’étalage, c’est aussi parce que c’est là qu’on les attend, d’une certaine manière. Ensuite, si l’on regarde dans le détail les statistiques pénales, on observe une fuite progressive du taux de femmes tout au long de la chaîne pénale : elles représentent 14 % des individus mis en cause par la police et de la gendarmerie. Elles ne sont plus que 9 % des personnes condamnées par les tribunaux. Et la chute est encore plus grande au niveau de la prison, puisque seulement 3,5 % des personnes détenues sont des femmes.

La justice ferait donc preuve de plus de mansuétude à leur égard ?

Au niveau judiciaire, les femmes échappent effectivement plus souvent à l’incarcération. Parce que l’on estime – là encore selon des schèmes très genrés – que les femmes présentent plus de gages de représentation que les hommes, notamment lorsqu’elles sont mères. Ou encore qu’elles ne sont pas forcément complètement responsables de leurs actes… Sans pour autant les déresponsabiliser pénalement : on va quand même les juger, mais en pensant bien souvent que c’est une délinquance sous influence. Et à ce titre-là, elles auront un traitement moins sévère que les hommes. On va aussi très souvent psychologiser leur délinquance, voire la médicaliser : les juges ont cette idée que si les femmes commettent des délits, c’est avant tout parce qu’elles ont des problèmes individuels, familiaux ou psychologiques, etc. Ils vont alors mettre en place d’autres types de prises en charge qui sont davantage d’ordre socio-éducatif, psychologique, voire médical : la psychiatrie est pour les femmes le pendant de l’incarcération pour les hommes. Le faible nombre de condamnations pénales ne veut donc pas dire qu’il n’y pas de contrôle social, mais simplement que ce contrôle s’exerce dans d’autres espaces.

On comptait tout de même, au 1er octobre 2019, près de 2500 femmes détenues. Certaines échappent donc à ce traitement différentiel ?

Les femmes ne sont pas une catégorie homogène, et il y a de fortes inégalités de traitement selon leur position dans les autres rapports sociaux. Le sociologue Arthur Vuattoux a par exemple montré(3) que si, chez les mineurs, les filles échappent en général davantage au pénal que les garçons, ce n’est pas toujours le cas : les jeunes femmes Roms sont traitées comme les garçons, voire de façon plus sévère qu’eux. Donc là, la dimension raciale est fondamentale. La dimension de classe joue aussi évidemment beaucoup. Et puis iront aussi en prison ces femmes qui transgressent complètement la loi du genre : les « mauvaises mères », qui ont pu porter atteinte à leur enfant. Elles ne vont pas bénéficier de la protection relative due à leur genre, à l’inverse de celles qui présentent tous les gages d’une bonne maternité. Elles vont même être doublement sanctionnées : on va non seulement sanctionner leur délinquance, mais aussi le fait qu’elles ne respectent pas les représentations liées à l’ordre du genre. Ce traitement différentiel s’observe aussi en prison, entre celles qui sont enceintes ou qui ont encore leur nourrisson avec elles et les autres. Les conditions d’incarcération en nurserie sont plus favorables, et moins sécuritaires qu’en détention classique (lire page 37). Elles sortent plus vite de prison, puisqu’elles peuvent souvent bénéficier d’une libération conditionnelle parentale (lire page 45). Cependant, il faut relativiser cette « position avantageuse » : à leur sortie il y a tout un dispositif qui contrôle de très près le comportement des mères, que n’ont pas à subir celles qui ne le sont pas. La prison est en fait un « miroir » de la société, et permet de comprendre les inégalités de traitement entre les femmes elles-mêmes, mais aussi entre les hommes et les femmes.

Comment se manifeste ce traitement genré en prison ?

Nurseries mises à part, les femmes sont les oubliées de la politique carcérale. Sur certains points néanmoins, on observe un traitement apparemment préférentiel. Les toilettes en cellule, par exemple, ont d’abord été mises en place dans des détentions féminines. Surtout, le traitement paraît moins sécuritaire en prison pour femmes qu’en prison pour hommes. Mais si on regarde de très près les règlements, si on interroge les différents acteurs de la détention, on se rend compte que le contrôle social est en réalité très serré, et qu’il vise principalement le corps et la sexualité des femmes. Et puis vous avez une psychiatrisation plus grande des femmes en prison : la quasi-totalité des détenues sont sous psychotropes. C’est, d’une certaine façon, une manière de faire taire les femmes. Finalement, derrière ce traitement apparemment préférentiel, on se rend compte que le contrôle social s’exerce autrement et sans doute de façon plus active sur les femmes, y compris en prison.

* Coline Cardi est notamment l'autrice de « Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes », Pouvoirs, 2009/1 (n° 128). 


Commandez notre revue ici.

Découvrez les articles du dossier "Femmes détenues : les oubliées" déjà parus ou à paraître prochainement ici :

  • Femmes détenues: les oubliées
  • L’enfer carcéral des « mules » guyanaises
  • Des femmes et des peines · Entretien avec Natacha Chetcuti-Osorovitz
  • Enquête · Prisons pour femmes : la double peine
  • Elle témoigne · « Rennes et Fleury, c’est le jour et la nuit »
  • Vers davantage de mixité ?
  • Elle témoigne · « C’était beaucoup plus strict qu’au quartier hommes »
  • Les soins gynéco en souffrance
  • Se réapproprier son corps et sa sexualité
  • Précarité menstruelle en prison : à quand la gratuité ?
  • Baby-Blues carcéral
  • La difficulté de rester mère
  • PMA pour toutes… sauf pour les détenues ?
  • Préparer la sortie : un chemin semé d’embûches
  • Ils innovent · Une ferme de réinsertion dédiée aux femmes

(1)Nicolas Penin, Fatia Terfous et Oumaya Hidri Neys, « Quand les footballeuses en viennent aux mains… », Champ pénal/Penal field, Vol. VIII | 2011.
(2) Dans ces enquêtes sociologiques, un échantillon de la population est invité à déclarer, avec des garanties d’anonymat, les infractions dont il est l’auteur.
(3) Arthur Vuattoux, « Les jeunes Roumaines sont des garçons comme les autres », Plein Droit, GISTI, 2015,104 (1).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.