OccupationLogos
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2022

Débat vide, politiques fétides : la lutte continue

Ce mercredi 20 avril, durant le débat d’entre-deux-tours, nous avons vu se dessiner un monde que nous ne désirons pas. Nous demandions des solutions à l’urgence climatique. Nous demandions des solutions à la montée du racisme et du fascisme. Nous demandions des solutions aux violences sexistes et sexuelles. Par le Collectif Occupation ENS Jourdan.

OccupationLogos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce mercredi 20 avril, durant le débat d’entre-deux-tours, nous avons vu se dessiner un monde que nous ne désirons pas.   

Nous demandions des solutions à l’urgence climatique.  

Nous demandions des solutions à la montée du racisme et du fascisme.   

Nous demandions des solutions aux violences sexistes et sexuelles.   

Nous demandions des solutions à la précarisation du monde universitaire.  

Nous demandions des solutions à l’abstentionnisme des jeunes.   

Ces inquiétudes sont restées lettres mortes.   

La question écologique fut abordée avec légèreté et inconséquence pendant 18 minutes, sur trois heures de débat. Nous avons vu s’enchaîner les non-solutions capitalistes et libérales que nous combattons depuis 5 ans dans la rue, à des années-lumière des exigences que nous impose l’urgence climatique. Aucun changement de paradigme sur nos modes de consommation, de production ou sur notre rapport au vivant. Les logiques de profit doivent laisser leur place à une véritable pratique de l’écologie politique.  

Le constat est le même sur les questions sociales. La politique touche directement aux corps des personnes opprimées, et les candidat.es ont traité de manière hors-sol et polémiste des sujets aussi importants que le pouvoir d’achat, l’éducation ou la persécution des femmes portant le foulard dans l’espace public. Leurs politiques sont déconnectées de nos vies et ne font plus illusion.  

Nous n’avons pas la même utilisation du débat. Ce dernier a permis lors des récentes occupations d’universités d’échanger, de mettre en commun nos connaissances, de donner un lieu d’expression à nos colères et d’organiser nos besoins pour construire une lutte puissante. La démocratisation et la pérennisation de ces lieux d’échange et de réflexion permettra la constitution d’un nouveau contre-pouvoir fort, basé sur une nouvelle organisation des rapports sociaux.   

Nous n’avons pas la même manière d’habiter le monde. Les occupations d’universités, en tant que nouveaux lieux de vie, ont permis de confirmer la viabilité et la nécessité d’une vie en collectivité basée sur des valeurs indissociables les unes des autres que sont l’écologie, l’antiracisme, l’anticapitalisme, le féminisme et l’inclusion des voix discriminées dans l’espace politique.  

La rupture est actée. Nos visions du monde sont irréconciliables. Le prochain quinquennat ne sera pas le nôtre.   

Le projet fasciste du RN doit être combattu dès dimanche dans les urnes. Aucune voix ne doit être donnée à ce programme haineux, qui étoufferait toute contestation avec un dispositif policier déchaîné.  

La lutte doit ainsi continuer à s’organiser dans les cinq prochaines années contre le régime oppressif et le néolibéralisme déchainé de M. Macron.  

Le mouvement initié par la révolte des étudiant.es et lycéen.nes de l’entre-deux-tours vient s’ajouter à une lutte solide et bien ancrée, qui dès dimanche soir, portera dans les rues la voix de la contestation.  

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.  

Article 35 de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.  

Collectif Occupation Jourdan 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel