odette rolland
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2021

Archipel canarien : la lutte de libération nationale, pour la mémoire !

odette rolland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un journaliste canarien de Lanzarote comble un vide qui n'a que trop duré, et nous livre un ouvrage nécessaire et indispensable pour la compréhension d'un épisode important de l'histoire de Taknara. C'était une période où toute une jeunesse cannarienne, qui croyait à l'indépendance de son pays, s'était engagée dans une lutte de libération nationale qui, malheureusement, ne s'est pas réalisée. Mais il était nécessaire que nous sachions ce qui s'était passé et ne pas rester sur la propagande espagnole. 

Aureliano Antonio Montero González

Le journaliste d’investigation, originaire de Lanzarote, Aureliano Antonio Montero González, vient de publier un ouvrage qui traite de la période des années de plomb aux Canaries. Cet ouvrage, selon son auteur, nous révèle un pan important de l’histoire contemporaine de Taknara (Archipel canarien). Intitulé "MPAIAC : Recuerdos de la lucha" ("MPAIAC : Souvenirs de la lutte"). Dans cet ouvrage, le journaliste d’investigation a notamment donné la parole à ces jeunes du milieu des années 1970, animés par l’idéal de la lutte pour la décolonisation de l’Archipel canarien, ont soutenu l’action du MPAIAC (Mouvement pour l'autodétermination et l'indépendance de l'archipel Canarien), créé en 1964 par Antonio Cubillo. Il décréta la lutte armée en 1976 à travers les FAG, Fuerzas Armadas Guanches ("Forces armées guanches"), lutte qu’il abandonne en 1979.
Ces combattants pour la libération nationale ont été qualifié par l’Etat espagnole de "criminels", "mercenaires" voir "terroristes". 

Le journaliste de Lanzarote a ainsi tenu à rétablir la vérité et rendre hommage à ces jeunes des années 1970 en allant à leur rencontre et recueillir leurs témoignages, confirmant ainsi qu'ils n'étaient pas de "vulgaires criminels" ni des « terroristes » comme veut le faire entendre l’Etat espagnol. Ils étaient étudiants universitaires, policiers, avocats, enseignants, dessinateurs, ... qui croyaient déclencher une révolution qui bannirait les derniers bastions du régime de Franco, une révolution qui ouvrirait aux Canaries les portes de la prospérité et se débarrasser du colonialisme.

A travers les témoignages intéressants et inédits de ces jeunes, l’on se rend compte de l’influence qu’avait l’émission radiophonique "La Voz de Canarias Libre" ("La voix des Canaries libres") diffusée chaque soir à Alger où était réfugié Antonio Cubillo. Cette émission a joué un rôle important dans la construction d’une conscience nationale canarienne, et c’est à travers cette émission radiophonique qu’un appel à la lutte armée pour la libération de l’Archipel canarien a été lancé en 1976.

Les témoignages racontent également la répression et font état de l’attitude brutale de La Guardia civil (gendarmerie espagnole), de la torture, des viols. Mais certains témoignages ont également avoué un sentiment d '"abandon" qu'ils ont ressenti de la part de la direction du Mouvement. Mais malgré tout, ces jeunes des années 70 maintiennent, quarante ans plus tard, leurs idées : selon le journaliste, ils "assurent presque à l'unanimité qu'une opportunité historique a été ratée".
Avec son ouvrage, Aureliano Montero a comblé un vide et a restitué à l'histoire des Canaries un chapitre qui restait à écrire, comme celui du MPAIAC. Espérons que cet ouvrage ne fera que susciter d’autres initiatives dans le même sens afin que justice soit rendue à ceux-là qui ont œuvré pour la libération de leur Terre, même si le projet n’a, malheureusement, pas été réalisé.

L’ouvrage de Montero González est le document tant attendu et espéré pour mieux comprendre cet épisode de l’histoire canarienne, un épisode important pour Taknara mais pour l’ensemble de Tamazgha. Il est aussi très important que l’histoire de cet épisode ne soit pas faite par l’Espagne coloniale qui présente ses auteurs, des révolutionnaires jaloux de leur Liberté, comme de "vulgaires criminels". 
Toutes nos félicitations à Aureliano Antonio Montero González pour ce cadeau à la valeur inestimable et pour son action en faveur la mémoire canarienne, de la mémoire amazighe. 
Masin Ferkal

Couverture-MPAIAC

Aureliano Antonio Montero González, MPAIAC: Recuerdos de la lucha, Letrame, Lanzarote, 2021. 
582 p., 30 €.

- MPAIAC : Movimiento por la Autodeterminación e Independencia del Archipiélago Canario


Entretien accordée par l'auteur à une chaîne de télévision [Vidéo]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss