L'Etat chilien vend les rivières pour détournement à des fins privées, et ça tue

Au Chili, les pouvoirs publics, les pouvoirs locaux, vendent les rivières, patrimoine de l'humanité, patrimoine qui permet à tous de vivre sur terre. Il vend ces rivières à des gens qui les détournent et ça tue.

Aujourd'hui, au Chili les pouvoirs publics, les pouvoirs locaux, vendent les rivières, patrimoine de l'humanité, patrimoine qui permet à tous de vivre sur terre. Ils vendent ces rivières à des gens qui les détournent, et ça tue. Aujourd'hui au Chili la sécheresse, due aux évolutions climatiques fait des dégâts, de gros dégâts. Dans ces conditions, la vente des rivières, pour leur détournement à des fins privées, tue maintenant des animaux que l'on retrouve le long de l'ancien lit des rivières, morts, le ventre gonflés.

Imaginez : le Rhône, la Saône... Je suis née près du Jura, près de la Saône. Les prairies de ces régions, irriguées par ce réseau en grande partie jurassien, nourrissent le bétail, réputé pour son lait, pour son fromage, pour sa viande. 

Imaginez : la puissance publique locale, avec l'assentiment du national, vend une partie du Doubs, affluent de la Saône. Des instances privées, pour leur commerce, production, achètent le Doubs. Avec d'énormes tuyaux elles détournent le cours de la rivière. Aujourd'hui, techniquement, on y arrive très bien. La rivière détournée participe pleinement à la production de ces entreprises, qui prospèrent.

Quand on connait la région, on n'a aucun mal à imaginer les prairies de la Saône lors des étés suivants, surtout s'il y a chaleur et sécheresse… C'est toute une région qui meurt… 

J'imagine ce que la vente de la Tille, autre affluent de la Saône, et son détournement, pourrait également provoquer dans toutes ces régions, jusque dans le Rhône. 

Aujourd'hui, c'est l'été au Chili. Et dans la région du Sud, normalement bénie par la pluie et l'eau, des animaux sont retrouvés morts de soif près des anciens cours d'eau maintenant détournés par d'énormes conduits qui emmènent bien loin l'eau dont ces animaux ont besoin pour vivre. 

Et voici le résultat de profits privés, lorsqu'ils s'attaquent au patrimoine de la terre. Aujourd'hui, au Chili, ce sont des animaux qui meurent, les populations autochtones commencent à en souffrir. La deuxième rivière a été vendue cette année, vont-ils continuer ? 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.