La démographie virtuelle de la République fantastique du Haut-Ogooué

La guerre des clics en Afrique 'francofaune': vandalisme sur Wikipedia

« Des chiffres sur la population du Haut-Ogooué ont été changés vers 4h45 du matin le 31 août 2016, en français sur #Wikipedia, pour compléter la fraude électorale en faveur d’Ali Bongo. L’anglais demeure inchangé. Trop tard les voyous ! #Gabon ».

L’alerte est lancée le 31 Août au petit matin sur Facebook par ‘Citoyen Libre Gabon, un avatar, [membre actif du groupe Facebook ‘Infos Kinguelé’] qui a par ailleurs une chaine du même nom sur Youtube.  « Les partisans d’Ali Bongo ont nuitamment [du 30 au 31 août 2016] manipulé les données sur la population du Haut-Ogooué pour les aligner à la fraude électorale qu’ils préparent au Gabon », dénonce la vidéo sur Youtube intitulée ‘#Gabon - Manipulation des infos sur Wikipedia pour justifier la fraude’. En quelques heures, la vidéo fait plus de 15000 vues. En commentaire, des internautes demandent d’essayer de contacter France 24, L’observateur 24, etc. D’autres remarquent que « sur la version anglaise de Wikipedia c’est toujours 50 000 habitants en 2010 ».  Cependant « This page was last modified on 31 August 2016, at 03:06 ». « Au final nous sommes combien au Gabon » s’interroge sarcastique Belle Okao une internaute avant de fermer sa question, laconique, par un « foutaise ». Le crime aurait pu être presque parfait mais les traces demeurent indélébiles sur Wikipédia parce que pour un article en ligne, « c’est la version du jour corrélée à son historique [c’est-à-dire l’historique de l’ensemble de ses différentes modifications partant de sa date de mise en ligne à la modification la plus récente] ». Il s’agit là d’un dispositif de sauvegarde permanent, disponible sur la plus grande encyclopédie multilingue numérique, permettant de revenir si nécessaire à la version immédiatement précédente ou à une quelconque version antérieure, et donc d’assurer la traçabilité des modifications. D’ailleurs, tout l’historique des contributions est conservé pour une meilleure traçabilité des sources référencées. Ainsi, même en présence d’un « vandale »[1], l’encyclopédie n’est pas mise en danger…

SOURCE ET CRÉDIBILITÉ DE L’INFORMATION SUR WIKIPÉDIA[2]

Fondée en janvier 2001, Wikipédia est une encyclopédie dynamique alimentée sur internet par des volontaires. Universelle, gratuite, de libre accès, multilingue, « chacun peut y collaborer immédiatement. Chaque internaute peut modifier et améliorer, sans nécessité de s’enregistrer ». Cela veut dire que « tous les articles de Wikipédia sont un travail en progression modifiable à tout moment et amélioré par tout le monde ».

Wikipédia ne publiant pas de recherche originale [c’est-à-dire « inédite »], les informations qui y figurent doivent être accompagnées de leurs sources, tirées essentiellement des ouvrages et publications spécialisées. La crédibilité de ses informations est liée à celle des sources des auteurs, Wikipédia se contentant d’agréger sans les juger. Il appartient donc à l’utilisateur, usager virtuel, internaute, cyber-lecteur, de consulter lui-même les sources référencées pour se faire sa propre idée. Une des critiques majeures à l’encontre de Wikipédia est à ce titre l’absence de processus de validation, les détracteurs en déduisent -à tort ou à raison- que les informations ne sont pas fiables car rien ne permet de s’assurer de la compétence et éventuellement de l’honnêteté des rédacteurs. En fait, Wikipédia n’offre à ce jour pas vraiment d’outil permettant d’évaluer la validité des assertions qui sont avancées dans un article. De ce fait, n’importe qui peut se prévaloir d’une expertise sans jamais avoir à la prouver. Le seul moyen à disposition de cette supramégagiga-encyclopédie-virtuelle-co-participative-dynamique-et-colaborative pour offrir un contenu utile est de reposer sur des institutions qui sont outillées pour vérifier la validité des sources et donc de renvoyer le lecteur vers des publications qui les ont reconnues comme valides.

À ses pourfendeurs, Wikipédia défend l’idée qu’il convient de se poser la question de la crédibilité de l’information en permanence, à l’égard de toute source, aussi bien lorsque nous lisons un article de presse que lorsqu’il est tiré d’un ouvrage demandant des connaissances spécifiques, ou lorsque nous écoutons des émissions de radio ou suivons des émissions de télévision ou même que nous consultons en ligne des pages dites ‘spécialisées’ qui peuvent contenir de grossières erreurs que lorsque nous lisons un article sur/de Wikipédia… La seule différence avec Wikipédia, c’est que si l’utilisateur trouve une information qui lui semble erronée ou fausse, ce dernier peut la corriger immédiatement. Chaque page du site en effet dispose d’un lien « Modifier » sur lequel tout un chacun peut cliquer pour « modifier » la page qu’il est en train de lire, simplement et rapidement ou encore pour créer de nouvelles pages, amenant le site à grandir.

 LES CONTRIBUTEURS, RÉDACTEURS ET ADMINISTRATEURS WIKIPÉDIENS

Sur Wikipédia, les participants ajoutent leurs contributions à celles des autres, corrigent les erreurs par d’autres rédacteurs et travaillent ensemble sur les thèmes éventuellement controversés en respectant à priori une « neutralité de point de vue ».[3]

Les contributeurs peuvent se créer un compte avec un nom et un mot de passe, mais ceci n’est pas obligatoire. Les contributeurs enregistrés bénéficient d’une page personnelle et de fonctionnalités supplémentaires. De fait, la plupart des contributeurs sont enregistrés. Certains contributeurs ont des droits supplémentaires : ce sont des administrateurs. Ceux-ci peuvent supprimer des pages, bloquer ou débloquer une page, mais aussi bloquer un contributeur. Les admins ou sysop sont choisis par consensus parmi les contributeurs ayant déjà plusieurs mois de participation…

 LE CASSE DE LA NUIT DU 30 AU 31 AOÛT 2016 SUR WIKIPÉDIA[4]

Ce que je sais, c’est que l’article (= la page) « Haut-Ogooué » sur Wikipédia en français a vu le jour le 4 août 2005 et sa version en anglais le 08 août de la même année[5]. Cette page a été modifiée 5 fois cette année-là, à savoir le 12 septembre (2 fois), le 06 octobre, les 07 et 20 novembre. L’année suivante (2006), elle a subi 16 modifications principalement en avril, en septembre et en 2007, 9 modifications. En 2008, elle ne reçut que 5 actualisations. En 2009 qui fut l’année électorale du scrutin présidentiel anticipé suite au décès en juin de la même année du Président Omar Bongo, cette page a connu 13 mises à jour. En 2010, elle a été modifiée 5 fois. En 2011, la page a subi 20 modifications avec un pic entre les 5 et 8 novembre qui a enregistré à lui-seul 11 modifications de la part d’un même contributeur ‘Vincent.vaquin’. En 2012, seules 2 modifications furent commises sur cette page entre le 20 février et le 12 avril, contre 15 modifications en 2013 et seulement 4 en 2014 et 2 en 2015.

En 2016, la page va connaître un pic de modifications historiques jamais enregistré auparavant avec le mois d’août en ligne de mire. Tel un poisson d’avril, une modification réalisée par ‘Barada-nikto’ dès le 1er avril, situe la population de la province du Haut-Ogooué à plus de 228000 habitants. Puis du 20 août au 31 du même mois, c’est une cyberbataille rangée qui se joue sur la page entre partisans proBongo, citoyens proPing, et des membres de la société civile gabonaise.

Le 20 août à 20h13, par web mobile l’IP 105.13.171.117 apporte des ‘corrections’ sur la population’ du Haut-Ogooué en l’établissant à 250.199 habitants par rapport au dernier recensement général de la population gabonaise (2013). L’utilisateur précise que le Haut-Ogooué est « la deuxième province la plus peuplée du pays[6] après l’Estuaire [la province qui héberge Libreville la capitale] » avec un chef-lieu (Franceville) de « 110.568 habitants » contre une démographie de « 59154 habitants » pour Moanda la ville minière de la région. Le 21 août à 15h15, le contributeur ‘Rehtse’ fait des changements ‘mineurs’ n’ayant rien à voir avec la démographie. Le 30 août à 23h39, l’IP 88.164.243.95 sème la confusion en situant le nombre d’habitants total de la province tantôt à 250.199 tantôt à une poignée de 199 âmes. La même nuit au petit matin du 31 août à 1h43, l’IP 88.173.114.200 fixe la population de la province entre 53.722 et 199 habitants. A 2h46, le contributeur ‘2a01:e35:8b91:f5a0:8c59:ce88:761e:3689’ procède à une « mise à jour des données de population selon les besoins actuels urgents du pays » en situant la population altogovéenne à un chiffre tout simplement astronomique de 286.249.292 habitants pour une incohérence dans le texte de 23.526.829, attribuant de ce fait 2.245.110.568 à Franceville et 591.546.486 à Moanda. A 2h59, la virtualisation de la population provinciale est revue à la baisse à 286.249.292 par l’IP 5.51.67.16, toujours avec des incohérences statistiques au niveau de la répartition démographique entre Franceville et Moanda. À 03h07, l’IP 5.51.67.16 fixe la population altogovéenne à 286.249.292 ! un chiffre astronomique très largement supérieur à la démographie globale du pays, si l’on en croit les chiffres ‘officiels’ du dernier recensement général[7]. Ainsi selon le contributeur de ‘l’IP 5.51.67.16’, pris dans le moule d’une spéculation dont la cohérence ne prendrait sens que dans le monde virtuel, ce même modificateur décide que le Haut-Ogooué compterait 23.526.829 dont 2.245.110.568 pour Franceville et 591.546.486 pour Moanda, sa ville minière quand la population totale du pays se situe autour de 2 millions d’habitants.

Cependant à 3h08, ‘Titlutin’ procède à 3 modifications en révoquant les ‘corrections’ antérieures pour ne retenir que la version du 21 août (250.199 habitants dont 110568 pour Franceville et 59.154 pour Moanda). Entre 3h12 et 5h33 (matin) du 31 août, ‘Titlutin’ et plusieurs autres contributeurs (dont ‘Nze Owono’, ‘Salebot’, ‘Sabineella’, ‘Habertix’, ‘OrlodrimBot’, Salebot’, ‘Gao76’, ‘ENJMWESTON’, ‘2600 :387 :6 :805 ::94’, ‘88.164.243.95’, ‘154.112.9.128’, ‘197.157.195.242’, ‘69.9.78.231’) vont se livrer à un contre-la-montre sans merci en procédant à une centaine de modifications, soit 105 exactement en deux heures de temps, certains pour des raisons de transparence, d’autres pour manipuler les chiffres afin d’ajuster la démographie altogovéenne à la fraude électorale en cours au Gabon et une poignée d’excentriques pour réduire ou gonfler la population afin de tourner en dérision les manigances électorales à l’œuvre et ridiculiser/contester ainsi les instances de ‘légitimation officielle’. C’est à 09h45 du même jour, après le casse virtuel ‘sanglant’, qu’une trêve s’imposera grâce au cyberarbitrage de ‘Barada-nikto’ dont la dernière modification sur la page remontait au 1er avril 2016. Elle chiffrera la population du Haut-Ogooué à 250.199 « selon les résultats globaux du dernier recensement général de la population de 2013 ». À 11h45, ‘Pitthée’ viendra légèrement modifier ce chiffre pour le revoir à la hausse, le positionnant à 250.799 soit 500 âmes de plus...

Après ce tsunami numérique du mois d’août, le mois de septembre a connu une accalmie en enregistrant seulement 32 modifications dont 8 de ‘Ji-Elle’ le 02 sur des mises à jour formelles autres que la démographie, 6 modifications les 04, 10 et 13 (4). Les autres s’étaleront comme timidement tout le long du mois.

Depuis 2017, la page a subi 12 modifications : 4 en janvier les 20 et 21, 1 en février, 2 le 18 juillet, 2 le 28 août, 3 en septembre et 1 en novembre. Si l’on compare le transit numérique entre la page en anglais de la province susmentionnée et sa version française, on peut observer que les modifications sont presqu’insignifiantes en anglais pour des questions stratégiques de communication, la plus grande bataille médiatique et les enjeux majeurs se jouant principalement au sein de l’espace francophone dans toute son amplitude géostratégique, politique et linguistique. En ayant choisi de prendre ainsi le votant altogovéen en otage en guise d’échappatoire pour trouver une ‘issue favorable’ à la débâcle électorale de 2016, les initiateurs d’une telle démarche ont opté pour une instrumentalisation ‘officielle’ du débat ethnique au Gabon, laissant croire que le score stalinien (de plus de 95%) de cette province en faveur de Bongo II se justifierait ‘naturellement’ car ses parents (l’un d’ethnie téké et l’autre obamba) en sont originaires. Or l’appartenance à une province – soit dit au passage pluriethnique - n’en faisait pas son fief et ne justifiait pas d’une adhésion massive à ce candidat…

 

[1] Le nom donné aux internautes qui détériorent une page wiki.

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:%C3%80_propos

[3] La neutralité consiste, selon Wikipédia, à présenter les idées et les faits de façon à satisfaire les partisans autant que les détracteurs. La politique de neutralité de Wikipédia indique que les contributeurs doivent « évoquer toutes les facettes pertinentes d’un point controversé en les attribuant à leurs auteurs, mais sans en adopter aucun, et que l’article ne doit en aucune façon déclarer, affirmer, laisser croire, sous-entendre ou même insinuer, qu’un des points de vue est celui qui est correct a priori ou que celui-ci est d'une quelconque façon, meilleur, égal ou moins bon qu’un autre. Ni imposer systématiquement un point de vue, en révoquant catégoriquement ce qui pourrait sembler divergeant de sa propre opinion (bien que scrupuleusement sourcé, ou trivialement répandu au sein de l’opinion publique) ». Bien entendu, il est difficile de parvenir à un accord dans 100 % des cas ; certains idéologues seront sans concession et chercheront à imposer leur propre point de vue. La neutralité de point de vue n'implique cependant pas la représentation à égalité des différents points de vue. On accordera naturellement plus de place à des points de vue répandus, notamment chez les spécialistes, et bien étayés, qu’au point de vue de certains groupes minoritaires. De plus, si un point de vue est très minoritaire, par exemple soutenu uniquement par des groupes de tendances idéologiques spécifiques, il sera décrit comme tel. La neutralité de point de vue n’est pas le seul principe fondateur. La pertinence du contenu de l’article est aussi importante. Par conséquent, la neutralité de point de vue ne signifie pas qu’il faille présenter nécessairement tous les points de vue existants sur un sujet. Ne doivent d’être que ceux qui sont pertinents, en leur accordant une place proportionnelle à leur importance dans les études sur le sujet. Écrire de façon ‘neutre’ est un art nécessitant de la pratique et d’éviter les conflits d'intérêts. La neutralité de point de vue est l’objet de nombreuses analyses, interprétations et raffinements dans Wikipédia.

[4] Historique des modifications des données sur la province du Haut-Ogooué consultable sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Haut-Ogoou%C3%A9&offset=&limit=500&action=history

Article journalistique en ligne sur l’incident lié à la démographie du Haut-Ogooué sur Wikipédia : http://www.slate.fr/story/122901/wikipedia-haut-ogooue-election-gabon

[5] Créée en 2005, le contenu de la version en anglais a subi des modifications 8 fois en 2005, 9 fois en 2006, 5 fois en 2007, 9 fois en 2008, 13 fois en 2009, 4 fois en 2010, 8 fois en 2011, 6 fois en 2012, 4 fois en 2013, pas une seule fois en 2014, 2 fois en 2015, ‘seulement’ 30 fois en 2016 dont 19 le 31 août principalement (contre plus d’une centaine de modifications dans la version en français à la même date). En 2017, la page en anglais n’a enregistré que 4 modifications respectivement le 02 février, le 06 mars, le 05 septembre et le 31 octobre.  

[6] Nous nous gardons de tomber dans l’obsession des chiffres qui peuvent faire l’objet de toute sorte de manipulation. Toutefois, il est important de souligner que Port-Gentil, la capitale économique du pays (Libreville étant la capitale administrative et politique) est située dans l’Ogooué-Maritime, fief pressenti de Jean-PING pour y être un natif. De même à l’ère du numérique, la densité urbaine entre Port-Gentil et Franceville par Google Hearth nous permet d’apprécier le potentiel démographique entre les deux villes.

[7] Le dernier Recensement Général des Personnes et des Logements (2013) commis par la Direction Générale de la Statistique nous renseigne que le Gabon compterait 1 811 079 résidents dont 1 458 464 de nationalité gabonaise et 352 615 étrangers.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.