Olaf
Attaché territorial
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2011

Pourquoi on n’est pas prêt d’en finir avec les Noirs et les Arabes dans le foot

Selon Mediapart, la FFF envisagerait d’instaurer des quotas basés sur l’origine ethnique dans le recrutement des enfants dans le centre de formation. C’est possible. Ce qui est certain, c’est que le raisonnement qui sous-tend cette éventuelle décision a déjà été fait par d’autres : les grands blacks naturellement costauds et les reubeus naturellement dribbleurs

Olaf
Attaché territorial
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon Mediapart, la FFF envisagerait d’instaurer des quotas basés sur l’origine ethnique dans le recrutement des enfants dans le centre de formation. C’est possible. Ce qui est certain, c’est que le raisonnement qui sous-tend cette éventuelle décision a déjà été fait par d’autres : les grands blacks naturellement costauds et les reubeus naturellement dribbleurs sont aujourd’hui favorisés vis-à-vis des petits blancs naturellement intelligents dans un sport qui a beaucoup évolué au fil du temps ( cf l’excellent article du blog "UNe balle dans le pied" : http://latta.blog.lemonde.fr/2011/04/28/le-football-cetait-mieux-avant/). Cette explication est risible, même d’un point de vue strictement footballistique. L’équipe de Norvège a plus d’une fois basé son jeu autour de joueurs puissants et rugueux qui cependant ont dû prendre plus d’un coup de soleil à la plage. Les noirs de l’équipe du Brésil ont, du moins par le passé, fait la preuve de leur intelligence de jeu. Et qui voudrait faire une liste de grands dribbleurs, de Stanley Matthews à Lionel Messi en passant par Garrincha, serait bien en peine de trouver le moindre déterminisme ethnique.

Et pourtant, on observe en effet une augmentation sensible de joueurs « à la peau non-blanche » dans les centres de formation et les équipes françaises. Et c’est pas près de s’arrêter, croyez-moi. Sans qu’un quelconque déterminisme pseudo-racial entre en ligne de compte.

1- L’explication sociologique


N’y a-t-il jamais quelque chose qui vous ait frappé dans les équipes de France mythiques pré-1998 ? En 1958, Marche et Fontaine côtoyaient Wisnieski, Kopa(szewski) et même Mekloufi avant qu’il ne rejoigne le FLN. Dans les années 80, Giresse et Battiston combinaient avec Platini, Fernandez et Trésor. Les immigrés de moins de trois générations étaient certes globalement moins colorés, mais ils étaient plus que présents.
Pourquoi ? Parce que le football a toujours été, en France en tout cas, un sport pratiqué dans les milieux populaires - Kopa est issu d’une famille de mineurs, par exemple. Et cette tradition populaire du football perdure, notamment dans les banlieues des grandes villes urbaines, où les « minorités visibles » (terme détestable…) sont surreprésentées.
De plus, bon nombre de sports ont un marqueur social fort : ce ne sont pas socialement les mêmes personnes qui jouent au golf ou au tennis, par exemple. Si les noirs ne doivent leur réussite qu’à leur puissance physique, pourquoi n’ont-ils pas un succès plus éclatant en natation ou en cyclisme, où la composante physique est quand même primordiale ?

2- L’explication colonialiste


Je ne veux pas ici parler du colonialisme politique et militaire du XIXè siècle et de ses conséquences actuelles. Je veux plutôt évoquer ce colonialisme actuel, en pleine expansion, mené par les clubs français en Afrique. Sous prétexte d’apporter les bonnes méthodes de formation de jeunes footballeurs, de moderniser les structures du football dans des pays considérés comme sous-développés et qui – c’est évident !- ne peuvent pas avoir d’autre horizon que de vouloir faire comme les gentils européens, ces clubs (et y compris celui que je supporte…) sécurisent plutôt un approvisionnement en matière première de joueurs pas cher et assez efficace. Si le talent est là, ils ne peuvent, forcément, que supplanter des jeunes du cru. Or tous ces jeunes, importés en France à 13 ou 14 ans comme des marchandises, peuvent très légitimement prétendre à la nationalité française à 18 ou 19 ans...

Bref, non seulement le contexte social dans lequel s’insère le football joue un rôle déterminant, mais les pratiques actuelles des dirigeants du football français renforcent encore cette dynamique par un pillage en règle. Pour cela, je l’affirme : quotas ou pas, qu’on le veuille ou non, on n’est pas prêt d’en finir avec les Noirs et les Arabes dans le foot. Et alors ? Si effectivement la FFF pense que c'est un problème, qu'elle prenne les mesures qui s'imposent : militer pour une meilleure intégration des immigrés et pour la fin du "footballolonialisme" des clubs français en Afrique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss