Si Grexit Gallixit !

Avant même la Grèce, il est peut-être urgent que la France sorte de l’institution capitaliste européenne.

L’attitude revendiquée de l’Allemagne et de ses satellites, qui dorénavant parlent en maîtres en Union Européenne et en zone euro, est extrêmement inquiétante pour la France.

Ces messieurs ont eu l’amabilité d’accepter les « déficits » excessifs de la France, tout en la contraignant à signer le traité Sarkozy-Merkel, qui interdit ces mêmes déficits… C’est qu’ils attendent leur heure pour présenter l’ardoise…

En échange et en attendant,  la politique économique de la France est entièrement régie par les technocrates européens, et le gouvernement a destructuré la république par la réforme des régions, préparant la casse de la République, préparant un système de mise en concurrence entre elles des provinces françaises de l’Union Européenne.

Les services publics et communs, notamment l’eau et le train ont vu s’aggraver leur mise en coupe réglée par la logique néo-libérale.

Petit à petit, la France incurgite volontairement la potion financiariste, dérégulatrice et néo libérale, et le TAFTA progresse dans l’ombre et à couvert de tout contrôle démocratique. La guerre larvée de l’Europe contre la Russie n’est jamais discutée ni mise en cause, malgré son coût considérable pour l’économie française et sa totale absence d’intérêt pour la France.

Alors… Si, selon la liste du Monde, « L’Allemagne, la Finlande, la Belgique, la Slovaquie et la Slovénie » décident de chasser la Grèce d’Europe parce qu’ils s’aperçoivent qu’ils ne peuvent plus la presser comme une orange, faute qu’il lui reste du jus, une conclusion simple et claire devrait s’imposer à la France et aux  français :

Sortons du piège européen avant qu’il se referme sur nous aussi. Il n'y a pas de raison pour qu'il ne nous traitent pas demain comme ils traitent aujourd'hui la Grèce! N'attendons pas que Monsieur Schaüble parle de nous nourrir d'aide humanitaire !

Pas de Grexit sans Gallixit !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.