L'Europe c'est fini! La mise en protectorat de la Grèce signe la fin du cycle de ce mensonge.

L'Europe n'est pas une "idée"... Ni "bonne", ni "belle", ni "grande".

C'est une entité géopolitique instable, aux frontières et contours mouvants... La Turquie en fait-elle partie ? La Russie ? les pays slaves et baltes? la grèce ? l'Afrique du Nord ? l'Islande ? Tout cela bouge depuis 30 siècles... Les configurations sont instables. L'empire d'Alexandre le Grand et Philippe de Macédoine n'est pas l'empire romain, l'empire romain n'est pas celui de Charles-Quint, le Reich hitlérien n'est pas l'empire napoléonien, l'Europe "des six" n'a rien à voir avec l'abomination nommée "Union Européenne"...

Les "Etats-Unis d'Europe" ont été une utopie de la bourgeoisie conquérante et éclairée, rêvant d'un grand marché libéral, prospère par la magie du capitalisme et de la liberté d'entreprendre et de commercer, fondé sur les règles de vie du puritanisme de culture protestante. Nul mieux que Hugo n'a formulé cette utopie inséparable de la révolution capitaliste qui a mis fin au monde féodal dans la structuration politique et économique dominante des pays européens.

Aujourd'hui, l'Europe n'est plus qu'un mensonge, une étiquette de propagande, posée sur sur l'un des instruments institutionnels de la dictature capitaliste: "l'Union Européenne". Institution politique dictatoriale, dès son système constitutionnel, où il n'y a pas d'assemblée législative, pas de pouvoir législatif parlementaire indépendant de l'exécutif. Au contraire, le pouvoir législatif est accaparé par deux exécutifs: la commission et le Conseil de l'Europe, deux institutions qui ne connaissent que commissaires, ministres et chefs d'états, sans aucune place pour des parlementaires.

Hier, ces exécutifs (il faudrait presque dire ces "administrations") ont tombé le masque et remis tout le pouvoir au collectif financier et monétaire de l'Eurozone, isntitution qui n'émane d'aucune constitution et fait ses mauvais coups sans aucun contrôle ni contre-pouvoir.

D'autre part, les élections, dites "européennes", alors que ce ne sont que l'élection du Parlement vaguement consultatif européen, sont des mascarades sans aucun rapport avec l'expression du suffrage universel. Scrutin de liste par grandes entités géographiques dessinées arbitrairement sans aucune considération de leur pertinence populaire. Simple avalisation par environ 20% de l'électorat de la répartition des prébendes et de l'effarant budget qui coule à flots à Strasbourg entre les partis qui fournissent le personnel chargé de la mise en place de l'administration et la "gouvernance" pour le compte de l'oligarchie financière et le plus grand bénéfice des paradis fiscaux (lequels ont d'aillleurs pris soin de placer l'un de leurs premiers employés au poste de chef de la commission...).

Alors remisez cette idée de "bonne idée" à sa juste place: celle du coffre à jouets des enfants à qui l'on ment.

Pour l'instant, l'Europe vient d'accoucher d'une mise sous protectorat allemand de la Grèce... Sacré retour en arrière. Sacré aveu sur la nature profonde de cette Europe.

Cette manière de traiter la Grèce nous renvoie à une époque antérieure à la naissance de l'Union Européenne.

Il est clair que le cycle de celle-ci est terminée.

Il faut sortir de là avant d'y laisser trop de plumes!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.