Contre Joffrin : NOUS SOMMES TOUS DES BEOTIENS !

Bienvenu à l'Académie, éconduit Place de la République... Finkelkraut recalé par la canaille, Libé vole au secours de l'immortel.

 

In Memoriam

Libération

Fondé par Jean-Paul Sartre, en 1973

Trahi par Serge July, en 1982 (1)

Ridiculisé par Laurent Joffrin, en 2016

 

 

Dans le concert médiatique contemporain, le rédacteur en chef de Libération a repéré une menace pour la liberté d’expression : les « Nuits debout »…

Celles-ci ont éconduit l’académicien réactionnaire et raciste Alain Finkelkraut … privant ainsi cette star télévisuelle et radiophonique de l’auditoire de la Place de la République.

Dans un cauchemar, Joffrin a vu des crachats sur Finkelkraut… sans aucune enquête ou vérification il s’est convaincu de l’horreur par lui-même fantasmée et en a fait un éditorial ridicule.

Selon ce libelle en Une du journal fondé par Jean-Paul Sartre, les Nuits Debout sont  une menace contre la démocratie.

Il a ainsi  quasiment les mêmes mots que Bruno le Maire, le même jour sur Radio Classique : « Les Nuits Debout sont une « menace pour l’Agora ».

La médiacratie se serre les coudes.

  Puisque le néo-Libé (ralisme ?) de Joffrin voit le monde avec les mêmes lunettes que Bruno Le Maire, nul doute que demain il soutiendra l’idée de « privatiser Pôle Emploi »…

A cette occasion Laurent Joffrin traite les trublions des nuits debout » de « Béotiens »…

L’aristocratie athénienne considérait les habitants de la Béotie  comme des rustres, peu cultivés, incultes :  une plèbe indigne de la connaissance, l’art et la politique…

 L'inspiration de Laurent Joffrin n'est pas plus celle d'une égalité entre résidents des beaux quartiers et d'ailleurs...

Face au médiacrate Joffrin, à l’académicien de plateaux télé, nous sommes tous des Béotiens !

 

 (1) "On ne sait plus très bien où commence la culture et où finit la publicité. Sans elle Libération eût été incomplet" ... (S.July, 1981, Libération)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.