"Population Rom ayant vocation à"...

Comme vous le dites, le mot "population" désigne "des groupes d'individu", notamment humains et il est utilisé comme vous le rappelez, j'en conviens tout à fait. Je n'y vois rien non plus de péjoratif. Une "population" peut être utile, nuisible, neutre, belle, terne, bigarrée, monocolore, bruyante, résignée...

Valls parle de "population Rom ..." ayant "vocation à"...

"Population" n'est pas raciste. "Population Rom ayant vocation à" l'est.

Il considère donc ces "populations" - comme aussi la "population locale", ou la "population française", comme des assujetties à sa gestion, sa politique, indépendamment de leur subjectivité, qui n'est qu'une donnée (en l'occurence qui le dérange: une "culture" incompatible avec la "notre") pour son approche technocaratique. Ce sont des "groupes d'individus" qui ont eu la mauvaise idée de se déplacer autrement que les technocraties l'auraient voulu (au rebours de leur "vocation") et, avec l'aide notamment de "la police roumaine", que l'on se délecte de faire opérer à Paris et ailleurs en France, on va les remettre où il faut.

Dire "la population parisienne a eu très chaud cet été" est une remarque faussement strictement géographique (elle pourrait être nuancée, mais ne pinaillons pas)

Dire: "la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun" est un énoncé technocratique, par lequel une autorité formule comment il faut guider "la population". Chacun sait bien qu'il ne s'agit pas de "la population d'Ile de France", mais bien des personnes que l'organisation économique de la région assujettit à la migration quotidienne appelée ailleurs "métro-boulot-dodo", expression qui ne connote pas la même écologie que ""la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun", alors que la réalité de référence est la même...

Pour entrevoir tout ce que recouvre la benoîte affirmation "la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun", vous pouvez lire Lucien Sfez, "critique de la décision"...


J'aurais tendance à penser que l'injonction: "la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun",
est marquée par un positionnement technocratique, ou de "conducteur de troupeau"... En tout cas cela masque (ou montre si l'on essaie de lire) une démarche de ségrégation (conduction de troupeaux) sociale.

Généralement ceux qui disent "la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun", n'habitent pas trop loin de la montagne sainte-Geneviève, et peuvent aller au cinéma à pied. Ils ne sont pas "la population"... Ce sont nos guides. Ils vont en Correze ou à Marrakech en avion, à Lille ou Lyon en TGV première classe. Pour aller en train, ils sont conduits par leur chauffeur, parfois précédés de motards. Sauf quand ils font un coup de pub, invitant les journalistes à les photographier dans le métro. Ils peuvent aussi mettre en scène leur scooter...

 Frédéric Mitterrand

 Beaux comme le calife Haroun --el-Poussah dans les souks de Bagdad... (ici, Frédéric Miterrand à l'heure de sa pompe ministérielle) où la "population" ébahie leur fait place.

 

N.B. ce deuxième billet fait suite à la remarque de Teissier:

Loin de moi l’idée de vouloir défendre Valls et sa politique anti-Roms, mais  le bougre dit suffisamment de conneries pour qu’il ne soit pas nécessaire de lui faire de faux procès.  Le mot de population est largement utilisé pour désigner des groupes d’individu, en particulier humains, comme on peut le lire sur n’importe quel dictionnaire. Il est utilisé régulièrement  pour désigner les personnes vivant dans un espace géographique déterminé ou encore des personnes qui appartiennent à une catégorie particulière. Il n’y a là rien de péjoratif, et encore moins de raciste. Si quelqu’un écrit :   la population parisienne a eu très chaud cet été,  ou encore la population d’Ile de France a vocation à utiliser le plus possible les transports en commun, est-ce du racisme ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.