Les tontines en Afrique de l'Ouest

Le principe de la tontine pour un esprit occidental est complétement stupide. Un groupe de 10 ou 12 (ou plus) femmes se regroupent et cotisent tous les mois la même somme. Disons 100€. Chacune d'elle a la main un mois donné et touche donc 1100€ (si elles sont douze).

Quel intérêt? Pourquoi chacune d'elle n'économiserait-elle pas sur son livret A ? Le résultat serait le même, et elle aurait en plus les intérêts.

Pour qui connaît un peu l'Afrique de l'Ouest, pourtant, les avantages par rapport à un compte épargne sont évidents.

1 / L'ordre dans lequel est donné l'argent dépend des souhaits de chacun, des fêtes, des mariages, des voyages, des besoins. Chacune donne ses préférences au début et la responsable essaie de concilier les souhaits. Astou en janvier, Fatou en février, Ndeye en mars, etc, etc.

img-1.jpg 

(photo issue du magnifique article de Jeanne Semin, Civilisations, 2007 qui étudie les tontines dans le contexte migratoire)

2/ Cet ordre peut varier en fonction des urgences. Une telle ayant un drame dans sa famille devra passer en priorité.

3/ Evidemment, pour celles touchant dans les premiers tours, la tontine s'apparente à un crédit. Ne sont acceptées dans les tontines que les femmes recommandées par une ayant déjà participé, qui se portera garante en cas de défaut. La pression sociale est suffisante pour dissuader quiconque de faire défaut. Dans ces groupes humains, maintenir des bonnes relations et donc une bonne réputation est fondamental. Les défauts sont donc rares. Et cela permet à des personnes exclues du système bancaire d'avoir accès à un crédit pour lancer une activité.

4/ La remise mensuelle de l'argent est souvent prétexte à un repas en commun. La tontine, basée sur les relations, entretient elle même ces relations.

5/ La tontine forme un cercle de solidarité. Certaines femmes participent à plusieurs tontines. Dans les coups durs, elle sait qu'elle sera soutenue (décès par exemple). Cela créé une "sécurité sociale" très rassurante, se substituant aux systèmes publics inexistants.

6/ La pression sociale facilite l'épargne. Même les mois difficiles, la priorité est de donner à la tontine, et donc d'épargner.

7/ La tontine permet d'épargner sans avoir un sous sur soi ou sur son compte en banque ! L'épargne est constituée de la confiance dans le groupe. Ainsi lorsqu'une cousine demande quelques sous, on peut toujours répondre "je n'ai rien". C'est vrai ! Comme un coffre qui s'ouvre à une date donnée et seulement à cette date, la tontine permet d'éviter de céder à la pression d'autrui avant cette date. Et comme la date est tenue secrète à l'intérieur du groupe, même le mari ne sait pas quand sa femme à une rentrée d'argent importante.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.