Oliv92
Supply Chain
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 août 2009

Oliv92
Supply Chain
Abonné·e de Mediapart

Dakar plus chère que Francfort?

Selon l'étude annuelle du Cabinet Mercer, il reviendrait plus cher de vivre à Dakar que de vivre à Francfort. Pardon? En effet, Dakar est, à égalité avec Abidjan, la 34ème ville la plus chère du monde, alors que Francfort pointe à la 40ème position.

Oliv92
Supply Chain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon l'étude annuelle du Cabinet Mercer, il reviendrait plus cher de vivre à Dakar que de vivre à Francfort. Pardon? En effet, Dakar est, à égalité avec Abidjan, la 34ème ville la plus chère du monde, alors que Francfort pointe à la 40ème position.

http://www.mercer.com/costoflivingpr#top_50

Remettons ces chiffres dans leur contexte

Tout d'abord, Mercer. Mercer est sans doute le cabinet de conseil leader en matière de "ressources humaines". Il intervient sur les sujets de réorganisation, de politique salariale et de "bonus", d'échelles hiérarchiques....et de politique d'expatriation. Il publie depuis plusieurs années un barême du "cost of living" dans les plus grandes métropoles mondiales, ce qui permet au multinationales d'adapter la rémunération de leurs expatriés en fonction du pays et de la ville où ils vont résider. Ah, ok, on comprend mieux.

Et oui, ce "coût de la vie" à Dakar ne vaut que pour l'expatrié, qui veut absolument vivre à la même température, en mangeant les mêmes choses, en faisant bénéficier ses enfants de la même école dans la même langue, en conduisant la même voiture.. à Tokyo (toujours le plus chère), New-York (la référence), Paris, Francfort ou Dakar... Ce barême ne représente donc en rien le coût de la vie pour le Sénégalais "moyen". Pas si sûr.

1/ D'une part, il n'y a plus vraiment de Sénégalais "moyen". Dans ce royaume de l'ultralibéralisme, il y a les riches (qui ont du capital, des réseaux puissants, la possibilité de voyager, de commercer avec l'étranger...) et les pauvres qui ne bénéficient d'aucune espèce de couverture sociale. Il est aujourd'hui quasiment impossible de vivre décemment avec un salaire de fonctionnaire. La valeur d'un poste de fonctionnaire se mesure en fonction de la corruption qu'il permet de générer. Un commissaire des douanes, par exemple, peut vivre très, très bien.

2/ Le logement intervient pour une bonne part dans le coût de la vie. Or, du fait du foncier limité, du fait des nombreuses entreprises et organismes internationaux ayant leur siège à Dakar, l'immobilier est devenu très très cher à Dakar. Un instituteur gagne par exemple 100 000CFA (150€) par mois, alors qu'il est difficile de trouver un 2 pièces correct pour moins de 80 000CFA (120€) par mois dans un quartier populaire de la capitale sénégalaise. Cela est renforcé par l'argent des immigrès qui s'investit en premier lieu dans l'immobilier. Les familles modestes ou pauvres, si elles ne bénéficient pas des largesses d'un enfant parti à l'étranger, doivent donc se contenter de logements insalubres et difficiles d'accés. Les programmes de construction lancés par le gouvernement profitent en premier lieu à ceux qui sont solvables : les familles ayant un enfant immigré aux USA, en Europe... et capable de payer.

Cette étude du Cabinet Mercer est donc une belle photo de la mondialisation telle qu'elle se construit. Quelques uns en profitent. La grande majorité en souffre. Il n'est même plus question de "croissance qui profite à tous" ou de "redistribution". Ici, plus les uns s'enrichissent, plus les autres sombrent.

PS: Je passe mes vacances à Dakar, photo prise par mes soins

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens