3 ans après... les consulats humilient toujours

Il y a 3 ans je postais un billet au sujet de ma nièce à qui on avait refusé le visa étudiant, pour essayer d'évacuer mon émotion et ma colère.

Une étudiante en Doctorat à Bordeaux m'a écrit pour venir au secours de sa petite soeur dans la même situation pour la rentrée 2015. Les mêmes émotions reviennent, la même colère devant le cynisme de la procédure d'immigration pour les étudiants étrangers.

Elle m'a autorisé à le publier :

 ===========================================================================

Bonjour,

je suis étudiante en thèse de doctorat à l'Université de Bordeaux. Je vous écris ce jour car étant dans une situation désespérée.

En effet, ma petite soeur s'est vu refusée hier le visa étudiant pour la France par le consulat de France à Yaoundé; ceci après de longs mois d'une procédure fastidieuse et pas toujours transparente. La demande de visa a été déposée le 27/07/15 et instruite le 28/07/15 avec un refus, un traitement record qui me fait douter de la légitimité de cette procédure.
Ayant obtenu une admission à l'IUT de Toulouse-antenne d'Auch en Licence pro gestion financière et commerciale des risques de l'organisation, tous les documents requis par le consulat ont été fournis lors du dépôt de demande de visa. Il y avait notamment un contrat de location chez un particulier à Auch avec moi comme garant, ainsi qu'une attestation de virement irrevocable d'un montant de 655 eur par mois, et donc avec 40 eur en plus des 615 eur exigés.

Aucun motif de refus ne lui a été indiqué sous prétexte que selon la législation ils n'avaient aucune obligation de motiver le refus. Donc en dehors de l'éventualité d'un refus basé sur des règles totalement aléatoires, le seul motif probant ici reste l'avis de Campus France. Car, selon ce qui est écrit sur le site du consulat, un avis défavorable de Campus France entraine automatiquement un refus de visa. Ce que je trouve absolument scandaleux pour plusieurs raisons:

- Premièrement dans le cas précis de ma soeur, il n'y avait aucune incohérence dans son projet d'étude présenté. Disposant d'un BTS en Banque, ma soeur poursuivait ses études en licence pro Banque lorsqu'elle a entamé la procédure Campus France. Elle souhaitait donc se spécialiser en Finance ou Gestion financière et toutes les formations choisies avaient trait à ces branches. Elle l'a notamment clairement spécifié dans sa lettre de motivation. Au niveau académique, ma soeur est une bonne élève et dispose de toutes les capacités lui permettant de suivre les formations choisies. Par conséquent, tout ceci me fait émettre des doutes sur les critères de decision de Campus France qui selon moi devraient être plus transparentes et non être assimilables à un simple contrôle de facies. Si bien sur à la base son refus de visa viendrait de l'avis défavorable de Campus France, ce qui jusqu'à ce jour reste un grand mystère.
- Deuxièmement dans un cadre plus général, j'aimerai dénoncer avec la plus grande ferveur la procédure Campus France exigée aux étudiants ressortissants d'un certain groupe de pays. Je trouve cette procédure insultante, illégale et grotesque. Si théoriquement le but initial de cette procédure était de pouvoir identifier et recruter les meilleurs étudiants, dans la pratique cette procédure ne diffère en rien de toute autre activité commerciale opérant dans l'illégalité, avec pour but d'extorquer des fonds à des jeunes étudiants rêvant de pouvoir réaliser leur rêve d'acquérir une meilleure éducation en France. Je m'explique. Lors du dépôt de dossiers Campus France au Cameroun (dont la date limite est fixée au 30 Avril de chaque année), l'étudiant doit payer une somme équivalent à 107 EUR pour ensuite passer son entretien. A l'issue du dit entretien et en fonction du dossier pédagogique de l'étudiant, Campus France donne son avis favorable ou défavorable. Et c'est cet avis qui détermine le sort de l'étudiant en ce qui concerne l'issue du visa. Ce qui veut dire qu'avant même de déposer votre demande de visa, Campus France sait deja si vous l'aurez ou pas et ce depuis le mois d'Avril, ou avant en fonction de quand vous avez passé l'entretien. Ce que je trouve incroyable et mesquin, c'est qu'ils encouragent tout de même l'étudiant à continuer la procédure, tout en gardant l'information sur leur avis comme le plus grand secret d'Etat. L'étudiant va donc poursuivre le reste de la procédure (avec des démarches comprenant, l'envoi de son dossier d'admission par courrier aux universités qui l'exigent, l'attente des réponses, le paiement des frais d'inscription non remboursables chez certaines institutions, et avec en bonus la perte d'argent, de temps et tout le stress engendré) jusqu'aux mois de Juillet et d'Août durant lesquels il recevra les réponses des établissements. S'il a une admission, il peut donc entamer de nouvelles démarches pour la demande de visa, avec le stress de la recherche de logement à distance. Et finalement quand il peut enfin déposer sa demande de visa (tout en payant 54 EUR supplémentaires de frais de visa, sans compter les autres dépenses d'assurance et autres) et qu'il pense pouvoir souffler enfin, on lui annonce un refus sans aucun motif. De plus j'ai fait le tour des forums et j'ai lu des témoignages d'étudiants se plaignant car après vérification, ils avaient reçu des courriers d'établissements dont les formations avaient été choisies pour la procédure Campus France qui n'avaient jamais reçus les
dossiers des dits étudiants venant de Campus France. De plus certains étudiants ayant obtenus des admissions d'établissement non connectés à
Campus France se voyaient refusés le visa sur la base de ce simple motif.

Tous ces faits me portent donc à croire que la non divulgation de l'avis de Campus France et le manque de transparence autour de toutes ces procédures, font partis de stratégies orchestrés par ceux qui ont mis en place ce système afin de pouvoir augmenter les gains qu'ils tirent de l'immigration ou plutôt des candidats à l'immigration.

J'aimerai faire entendre ma voix mais je ne sais vers qui me tourner. Il y a ma frustration personnelle à la vue de tout ce système qui me pousse à vouloir faire changer les choses. Mais à côté, il y a aussi ma pauvre petite soeur qui est inconsolable, un cas isolé parmi tant d'autres. Tout ce qu'elle souhaite c'est de pouvoir être plus proche de moi (qui suis un peu comme son guide pour tout ce qui concerne ses études) et pouvoir continuer ses études dans les meilleures conditions. En me référant donc au post d'OLIV92 mentionné en objet qui décrivait une situation similaire à celle de ma soeur et qui a obtenu un dénouement heureux, j'aimerai que vous
puissiez me guider ou me connecter vers les bons interlocuteurs. Ma soeur pense déposer un recours gracieux au consulat ce jour, mais sans trop d'espoir. Elle et moi avons donc grandement besoin de votre support.

Et comme requête personnelle, je souhaite que les failles de la procédure Campus France puissent être portées aux yeux des autorités gouvernementales et parlementaires françaises. Ceci afin que la torture psychologue et matérielle et l'humiliation que subissent chaque année les étudiants demandant des visas auprès des consulats français cessent.

Je m'excuse pour la longueur de mon message, tout en vous remerciant
d'avance de votre retour.

Bien cordialement,

XXXX

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.