Prise d'otage à Mopti... vue depuis le Mali

En réaction à l'attaque terroriste qui vient de s'achever de façon tragique.

Pour vivre et travailler au Mali depuis 6 mois, je suis atterré par le manque de professionnalisme à tous les niveaux à chaque attaque terroriste:

* La MINUSMA : je ne sais pas s'ils protègent grand chose, mais en tous cas ce sont des cibles de premier choix, chiffon rouge pour les djihadistes. Je vois souvent ces militaires dans des hôtels "moyenne gamme" de Bamako. On les prendrait plutôt pour des touristes (l'autre fois un allemand avait son pôt de Nutella au petit dej, comme chez Mutty), si ce n'était leurs tenues souvent kaki, mais pas toujours. Et absolument aucune protection supplémentaire devant l'hôtel. C'est à peu prés comme si on envoyait des poussins sur un terrain infesté de serpents. Ils mettent en fait en danger les autres clients de l'hôtel.

* la communication : je ne sais pas qui communique lors des attaques, mais on ne comprend jamais rien aux communiqués de presse. Comme ici, un article sur France 24. Ni sur le déroulement des attaques, ni sur les blessés ou morts. A priori lors de cette dernière attaque, les terroristes voulaient s'en prendre à la caserne. Devant la résistance des militaires (pour une fois), ils ont changé d'objectifs et se sont rabattus sur une prise d'otage dans l'hôtel voisin.

* l'armée ou la gendarmerie malienne : mais cela fait combien de casernes attaquées dans les 3 derniers mois? Et pourtant on a toujours l'impression qu'il se font surprendre comme des lapereaux. Il paraît qu'ils manquent de moyens. Il faudrait peut-être moins de militaires russes et plus de moyens pour les militaires Maliens?

INFORMATION de DERNIERE MINUTES (15h00 samedi 8 août ) : un poste de contrôle à l'entrée de Bamako a été forcé . C'est ce genre d'événement qui avait précédé l'attaque de La Terrasse il y a quelques semaines. On peut donc craindre le pire ce week-end. Mieux vaut éviter les lieux trop fréquentés par les militaires de la Minusma.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.