Retard économique et confiance au Mali

Depuis 6 mois au Mali, je découvre une règle de base des "affaires", allant tellement de soi ou presque en Europe qu'on l'oublie: "pas de business sans confiance".

Comme dans les transactions entre brigands (qui, par nature, ne peuvent se faire confiance) la négociation pour faire travailler quelqu'un porte avant tout sur "quand paie t'on et selon quelles règles".

* si je te paie avant que tu ne commences à travailler, je crains que tu ne files avec mon argent sans rien faire

* si je travaille sans avance, j'ai peur de ne pas être payé à la fin de la journée.

Ce manque de confiance, gênant au niveau d'une petite transaction (faire réparer sa climatisation par exemple) devient un handicap fondamental pour fonder une Société, investir dans une usine ou lancer un projet. Quand personne ne peut faire confiance aux autres, comment être capable de la moindre initiative commune ? Sans confiance, pas de Société Anonyme. Et sans Société Anonyme, aucun développement économique substantiel n'est possible.

Ce problème de confiance est relevé aussi dans un article sur les affaires en Chine. Il relève 4 raisons fondamentales à ce manque de confiance, encore plus vérifiables au Mali qu'en Chine :

1/ Un système judiciaire faible. On ne peut pas compter sur la justice pour faire respecter un contrat.

2/ La culture. Les Maliens sont des grands commerçants, très mobiles, voyageurs. Dans la tradition Peule (un des groupes ethniques importants du Mali), la ruse a une place importante. Toute belle arnaque sera reconnue comme une preuve d'intelligence. Seules quelques ethnies (comme les Dogons) ont la droiture comme valeur centrale.

3/ La corruption. Aucune administration n'est digne de confiance car chaque fonctionnaire est susceptible d'être corrompu.

4/ La recherche du profit immédiat. Du fait du délitement de la famille traditionnelle, chacun cherche à se protéger, et la meilleure protection est d'économiser. La perspective d'un gain rapide aura le dessus sur une relation long terme et durable. Même à l'intérieur d'une famille.

 Comment, dans ces conditions, s'engager sur des projets conséquents à plusieurs, sur plusieurs années? Très peu d'individus ont les moyens d'investir dans une usine ou une grosse exploitation agricole. Les autres, craignant de s'associer, restent à un niveau très faible.

 Comment exploiter des terres aussi riches (voir la photo prise hier au sud du pays), comment investir dans du matériel agricole, comment obtenir un prêt, croire aux promesses d'un client, signer un contrat... sans confiance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.