Affaire Cahuzac : La communication doit aussi faire son ménage !

Au-delà des questions d’éthique républicaine et de morale publique que soulève l’affaire Cahuzac, un autre dossier mérite également d’être scruté et nettoyé de fond en comble: la communication gouvernementale et particulièrement ceux qui en tirent discrètement les ficelles sans jamais assumer les conséquences de leurs « conseils ».  

Les plus hautes instances gouvernementales seraient fort avisées de lire et relire l’excellent article (1)  du Monde en date du 4 avril consacré à Stéphane Fouks, puissant patron de l’agence Havas Worldwide et jusqu’à présent conseiller en communication plus ou moins officiel de l’ex-ministre du Budget. C’est une opportunité unique de se débarrasser de certaines déviances communicantes.

La journaliste Ariane Chemin y décortique avec brio l’ordonnance communicante que le spin doctor Fouks prescrit systématiquement à ses clients politiques : « ne jamais avouer » et coller stricto sensu aux éléments de langage correspondant à la réalité que Stéphane Fouks et ses équipes visent à  concocter et imposer dans les médias et l’opinion publique. Jérôme Cahuzac est donc le dernier avatar gonflé à l’hélium communicant issu des cuisines d’Havas Worldwide.

Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.