La défaite responsable

Le lourd poids de la responsabilité qui nous incombe

Mes chers concitoyens, mes chères concitoyennes, collègues, amis, frères, sœurs, à mes connaissances, et de surcroît à ceux qui n'en sont pas...

Je veux ici, donner réponse aux légitimes inquiétudes, quand aux potentielles abstentions ou votes blancs résultants du premier tour des présidentielles.

Sans être porte-parole, je crois détenir une part représentative de la pensée commune aux composants de ma génération et surtout issue d'une vision politique de notre société.
Je parle ici du peuple qui se  relève péniblement de la désillusion d'avoir vu se fermer une fenêtre d'espérance , celui même qui synthétise les inquiétudes de conversion de son désappointement en désengagement et de son désarroi en inconséquence.

Malgré les fissures de l'immaturité qui se font jour quand à notre unité, soyez assuré que la déception qui est nôtre n'égale ou ne surpasse en rien notre capacité à hiérarchiser les dangers qui se font menace.
Car si effectivement, nous identifions cette fabrique à paupérisme qu'est le néolibéralisme absolutiste appliqué par les héritiers de Friedrich Hayek à un désert éthique et moral, si nous craignons le fait qu'une fois l'état social et protecteur déstructuré, la loi du plus fort sera de mise, et si nous sommes convaincus qu'un tel déséquilibre des richesses, qu'une société à évolution horizontale ou que donner la prédominance à des accords d'ordre privé sur la loi d'état est une violation républicaine, n'ayez aucun doute de notre pleine compréhension du risque qui nous fait face dans l'immédiat, et que nous ne combattrons pas en tournant le dos. Si nous percevons des entorses à notre image de la République chez M. Macron, nous distinguons parfaitement sa négation chez Mme Le Pen. Rassurez-vous du fait que, plus que notre devoir, c'est notre conscience qui nous oblige à nous dresser devant l'étendard xénophobe.

N'étant pas tombés dans le piège de la “dédiabolisation", nous ne tomberons pas plus dans celui de la banalisation.

Sachez que promouvoir une citoyenneté responsable, engage un discernement affûté sur les problématiques de la citée , une vision non partisane des solutions à mettre en œuvre, et surtout, une hauteur de vue apte à définir l'inacceptable.
Si nous sommes convaincus que "la main invisible" doit être combattue pour ce dont elle est porteuse, nous ne concevons en aucune façon de laisser arriver au pouvoir une adepte de Charle Maurras, qui ne donne parole qu'à ce qu'il y a de plus bas, et jamais à ce qui peut être grand.
Ne doutez pas de notre lumineux rayonnement face à l'obscurité qui pointe. Sans jamais avaliser ni cautionner de quelque manière que ce soit un monde Tatcherien, notre responsabilité sera engagée pour faire barrage à la représentante du parti qui s'est toujours construit contre des ennemies, non pas avec des amis.
M. Macron nous convie à une bataille, Mme Le Pen ne nous laisse que la honte et le déshonneur.

Enfin, soyez convaincus que nous sommes au fait qu'un partisan de l'outil au détriment du travailleur, un descendant du ruissellement reaganien, n'est en rien comparable avec une idéologue de l'apartheid continental et national, d'une surfeuse de l'inégalité culturelle, d'une personne qui foule aux pieds la fierté des frontons de nos écoles publiques : Liberté! Égalité! Fraternité!

Nous serons donc l'opposition si nous parvenons collectivement à éviter l'obligation d'être dans la résistance.
Pour ce faire, au second tour, nous glisserons donc dans l'urne une enveloppe qui contiendra un bulletin, et il y aura un nom sur ce bulletin, le seul possible...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.