Electeur de F. Fillon : comment le devient-on?

Le programme annoncé par F. Fillon ne comporte de bonnes nouvelles que pour les plus riches, exclusivement. Accélération de la destruction du bien commun, rigorisme idéologique anachronique, etc. L'immense majorité de ses électeurs va pâtir de la mise en place de ce programme. Au-delà de la machine politicienne, comment se tire-t-on une telle rafale dans le pied ?

 Toi mon frère électeur de droite-extrême et d'extrême-droite,

 tu viens de t'exprimer (à nouveau), et tu représentes une masse considérable de près de 3 millions d'âmes (venant s'ajouter à quelques autres millions s'étant exprimés précédemment...)

J'ai longtemps cru que...

tu étais né dans les privilèges ou que tu en avais acquis de considérables et que tu souhaitais tout bonnement ne pas prendre le risque de devoir les partager,

ou que ta vie t'avait empli d'une aigreur débordante que tu reportais autour de toi, que tu avais été agressé, trompé, malmené,... par un trop pauvre, un trop étranger, un trop fou - un trop « autre » en somme - et qu'une forme de traumatisme te court-circuitait la pensée pour te laisser séduire par les sirènes de la généralisation,

ou que tu étais porté par le sadisme et que l'empathie envers le différent t'avait déserté

ou que tu aimais te repaître de discours médiatiques simples, désignant les gentils et dénonçant les méchants, glorifiant et justifiant la réussite financière, agitant le danger que représente celui qui ne possède pas et qui convoite forcément la place, ta place... comme on se plonge avec délectation dans une série policière ou un roman « de gare » pour se vider la tête

ou – je l'avoue - que tu étais aux limites inférieures de l'intelligence normale...

Voilà pour ma typologie de coin de table. Pris dans mon aveuglement humaniste, dans mon désir de voir advenir ce qui ne peut sans doute demeurer que des utopies, je réalise que je te cerne en fait bien mal. Tu es bien plus complexe que ça. Tu as tes raisons sans doute, que ma raison ignore... Mais alors, être complexe, sensible, grégaire, vulnérable...

Comment peux-tu encore croire, après des décennies d'un néolibéralisme qui a vu se creuser comme (presque) jamais le fossé des inégalités, que la fameuse théorie du ruissellement t'apportera la prospérité si tu n'es pas déjà dans les quelques % qui possèdent presque tout ?

Comment peux-tu considérer à ce point la planète et toi comme deux choses tellement séparées qu'on peut saccager l'une sans froisser l'autre ?

Comment peux-tu imaginer que la répression comme seul remède à la violence parviendra à vous protéger, toi et tes possessions, quand on observe quotidiennement que la violence plonge ses racines dans la relégation et la misère ?

Comment peux-tu ignorer que la frontière, qui te met aujourd'hui du bon côté, pourrait passer par-dessus toi et les tiens comme ça se passe dans toutes les logiques de ségrégation, que tu as de grandes chances de te retrouver un jour considéré comme en trop, comme parasite, comme improductif, comme pas assez loyal ou patriote... ?

…Comment se retrouve-t-on avec un candidat, à droite, qui soit le plus à droite depuis la 2nde guerre mondiale ???

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.