Pourquoi j'ai voté Mélenchon au 1er tour, pourquoi je voterai Macron au 2ème tour

J'expose avec quelques arguments pourquoi et comment voter Macron pour un-e Insoumis-e n'est pas se compromettre mais au contraire assurer des victoires dans les prochaines élections, il s'agit moins d'un vote utile que d'un vote stratégique.

 

Après ce magnifique premier tour et ce beau score de 19,58% à gauche, il semble que le combat continue et mieux, que tout reste à faire. Si Mélenchon a su ouvrir un espace politique à gauche, il ne s'agirait pas que le soufflet retombe aussi vite qu'il a gonflé. Car en effet, au vu des scores des élections, depuis dimanche soir le parti socialiste n'a plus le monopole pour parler au nom de la gauche, au contraire c'est le mouvement de Mélenchon qui a gagné cette légitimité. Étrangement, les Insoumis sont muets et laissent la place vacante en lieu et place d'un discours de gauche qui nous manque. Comme si ce mouvement et son leader n'avaient pas encore compris et pris conscience qu'ils avaient gagnée une bataille majeur, celle à gauche.

Ne perdons de vue les enjeux principaux : (re)configurer et (re)fondre une ou des forces légitimes et crédibles à gauche basées sur la transition écologique, les services publiques (santé, éducation, justice, recherche, etc) comme force émancipatrice pour chacun, l'avènement d'une 6ème république (re)créant des nouveaux rapports entre les citoyens et les institutions, etc,

Pour cela, il faut pouvoir passer à autre chose afin que nous puissions nous (re)organiser, préparer les législatives avec des nouveaux parlementaires nombreux prêts à garder et porter ce nouvel espace politique à gauche pour ensuite créer une assise sur tout le territoire. Pour cela nous avons besoin de temps et d'espace.

La question est aujourd'hui de savoir laquelle des présidences entre celle de Macron et celle de Le Pen permettra le mieux la refondation à gauche. Analysons les deux possibilités :

1) Macron président, il se coagulera autour de lui des politiciens de droite comme de gauche mais qui se positionnent clairement et dès maintenant pour lui et contre Le Pen. Au résultat : une fois Macron élu, la situation pourra enfin s'éclaircir avec une extrême droite puissante mais toujours pas aux affaires (avec en son sein des ex-Républicains comme Christine Boutin qui appelle dès maintenant à voter Le Pen), un parti Républicain qui va faire aussi le ménage chez lui (il en a tout intérêt), un large parti Macroniste à bâtir et certainement assez fragile (du fait des ralliements tout azimut) et une gauche enfin avec les coudés franches, débarrassée d'un parti socialiste qui va se perdre dans ses querelles intestines. Ces querelles les regarde, pas nous ! Nous avons mieux à faire.

2) Avec une Le Pen présidente, le chaos voir le KO perdurera. Que celles et ceux qui croient que du chaos vient la lumière, il est difficile de les suivre. Et puis comment peut-on se présenter comme le candidat de la PAIX comme l'a fait Mélenchon et pouvoir penser que l'on pourra tirer les marrons du feux dans un futur chaos, voir une guerre civile comme on entend parfois  ?
Et puis pourquoi le chaos ? Parce que tout simplement le travail d'éclaircissement et de reconfiguration dans les partis politiques ne pourront pas se faire. Il ne faut pas être devin pour prédire qu'une situation délétère de vengeance de tous contre tous perdurera longtemps. Chacun jetant la responsabilité à la figure de l'autre et cela de gauche à droite. Car cette défaite sera d'abord une défaite politique collective, comme à chaque fois lorsque le fascisme prend le pouvoir.
Dans cette cacophonie, surfera le nouveau partie d'extrême-droite, qu'il ne cessera d'alimenter car son terreau est justement la discorde et la confusion.
D'autant que nous aurons sur le dos les milices d'extrême-droite qui pourront venir nous taper dessus lorsqu'on voudra aller manifester. Car là dessus, c'est fini la rigolade et la liberté de manifester. Il suffit de voir le film « Chez nous » pour constater que les bras armées du front national sont les milices de « bloc identitaires », toutes prêtes à venir cogner du noir, de l'arabe, du musulman, du pédé, du coco ou n'importe quel militant qui se verra collé une fiche S pour n'importe quelle raison.

Restons lucide : la fiche S sera l'étoile jaune de Le Pen présidente.

Pour l'heure, ces milices s'entraînent sur des malheureux réfugiés sans papiers et dont aucune des exactions commises n'a de suite judiciaire, et encore moins médiatisée, car justement ces réfugiés se trouvent actuellement dans l'angle mort de la justice : ils ne peuvent porter plainte. Donc avec une Le Pen au pouvoir, ce seront des années de galères, avec un état policier musclé. NON MERCI !

Que celles et ceux qui pensent qu'en votant Macron, ils vont voter pour les banquiers, certes, mais pour l'instant le parti des banquiers (s'il en existait un) n'a pas encore empêché un Mélenchon de faire campagne et de faire 19,58%. À nous maintenant de retourner comme une crêpe cette politique ultra-libérale mais avec des banquiers comme adversaires, pas des matraques, des flingues et des prisons.

Parmi les réactions des « ni-ni » et qui vont s'abstenir, beaucoup prennent la Grèce comme argument dans leur conviction où voter Macron s'est voter pour les politiques d'austérité qui ont mis par-terre la Grèce. Certes oui, mais quand le rappeur Grecque Pavlos Fyssas a été assassiné en 2013 par des militants de l'Aube D'Orée, les grecques se sont levés d'un seul homme, ont massivement manifesté, ont créé d'immenses chaînes humaines et ont rejeté clairement et massivement le fascisme. Il suffit de lire la presse grecque aujourd'hui pour s'apercevoir qu'une Marine Le Pen au pouvoir leur rendra encore moins service qu'un Macron président. Et si Mélenchon est (encore) l'ami de Tsipras , nous serions bien inspirés de ne pas trahir la longue lutte difficile que cet alter-mondialiste de Tsipras a entrepris à la tête de la Grèce.
Les espagnol-e-s, les portugais-e-s, les italien-ne-s, les grec-que-s, tous nous regardent, nous attendent. Ne les déçevons pas et inscrivons notre luttre dans les leurs, celles qu'ils ont entrepris-es depuis plus de 5 ans à créer un nouvel espace alternatif à gauche en Europe. Inscrivons nos luttes et futures victoires électorales dans la durée, la ténacité, la lucidité et la joie. Car la joie est encore de notre côté et c'est le bien le plus précieux.

Mélenchon l'a dit lui-même : ne croyons pas à l'homme providentiel,
AUJOUR'DUI MELENCHON A FAIT SA PART DU TRAVAIL,
FAISONS LA NÔTRE MAINTENANT.

Dans une vidéo, Ruffin dit très bien que pour qu'un nouveau mouvement arrive aux affaires il faut des députés, des élus locaux, une assise sur le territoire, c'est-à-dire encore quelques années de travail et de luttes sans relâche ; ce qu'a fait justement le Front National et qui est prêt aujourd'hui à prendre le pouvoir.

VOTER MACRON EST PUREMENT STRATÉGIQUE :
C'EST L'OCCASION D'UN ÉCLAIRCISSEMENT POLITIQUE,
DONT LA MISE EN EXAMEN DE MARINE LE PEN,
C'EST L'OCCASION UNIQUE DE FAIRE LE MÉNAGE À GAUCHE ET DE SE REFONDER
POUR DES FUTURES VICTOIRES.
PRENONS LE TEMPS ET L'ESPACE POUR CELA.
ALORS, QU'EST-CE QU'ON DIT ?
MERCI MACRON !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.