Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à Nantes

Ne pas céder sur son désir. Depuis 7 ans je suis responsable pédagogique et administratif d'une licence professionnelle en Community Management. Je l'étais. Car à compter d'aujourd'hui, je démissionne. Rien ne permet d'indiquer aujourd'hui si celle licence pourra ouvrir l'année prochaine.

Il faudra assurer son recrutement, le suivi des inscriptions et des négociations estivales d'étudiants en recherche de contrats ou simplement en demande d'information. Il faudra aussi recruter de nouveaux vacataires. Il faudra faire les emplois du temps en jonglant avec d'innombrables contraintes. Je ne le ferai pas. Je démissionne. Je démissionne de toutes mes fonctions administratives.  

En 7 ans, je pense avoir exploré toutes les principales failles d'une université qui achève de se renier dans chacune de ses valeurs fondamentales et qui ne tient plus que par la curiosité et l'envie de ses étudiants et le dévouement, hélas souvent mortifère, d'une partie de son personnel enseignant, technique et administratif. 

Quand j'ai voulu monter cette licence professionnelle je suis passé par toutes les phases au mieux ubuesques et au pire kafkaïennes. On m'a fait remplir d'innombrables dossiers et formulaires sans cesse recommencés, qui n'avaient aucun autre sens que celui de m'habituer à vivre dans un monde où chaque décision, chaque choix, chaque envie et chaque idée ne vaut que si elle peut être déclinée en autant de procédures cherchant l'épuisement de la (bonne) volonté. J'ai avalé toutes les couleuvres possibles, j'ai commencé, déjà, à m'asseoir sur un certain nombre de mes principes, parce que je pensais qu'il demeurerait une possibilité de les retrouver plus tard. Que ce renoncement n'était que provisoire. J'avais tort. Je vous avais raconté tout cela ici.

Pendant des années, j'ai du défendre une formation qui n'était jamais "assez rentable" au regard d'autres formations, en tout cas pour certains collègues et responsables de site, de pôle ou de toute autre entité managériale superfétatoire. Pendant des années à l'échelle globale de l'université comme à celle de chacune de ses composantes, des formations ont été "mises en concurrence", non sur le plan pédagogique mais uniquement sur des paramètres et des critères financiers. Cette folie a conduit à d'innombrables tensions entre collègues, jusqu'à l'année dernière et cette scène surréaliste où le directeur de ma composante m'a demandé, sous peine de fermer la formation, de m'engager personnellement à trouver 5 ou 6 contrats. On nageait déjà en plein délire. Je vous avais raconté tout cela ici (sautez directement au passage "Mes chers collègues, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être ...").

Et puis il y a eu, cette rentrée à l'université de Nantes, l'affaire du trop-perçu des vacataires. Une erreur initiale de la direction des finances publiques, et quelques strates logicielles et administratives plus tard, des vacataires sommés de rembourser des sommes allant de quelques dizaines et plus d'un millier d'euros. Des vacataires qui représentent, rappelons-le près de 30% des heures d'enseignement dans les universités françaises. A l'université de Nantes, comme en atteste l'extrait du bilan social ci-dessous, ces vacataires assurent 127 000 heures d'enseignement. Pour vous donner un point de comparaison relatif, une formation de licence professionnelle c'est 450 heures d'enseignement en moyenne. Je vous laisse faire le produit en croix. 

Capture d’écran 2020-02-10 à 15.28.17(Source : Bilan social 2019)

Vacataires que l'on a donc, matériellement et symboliquement, traité comme du bétail. Depuis le mois de Septembre, nombre d'entre eux ont démissionné, mettant en péril l'existence même de certaines formations. Nombre d'entre eux sont également restés. Parce qu'ils n'avaient pas le choix (financier). Parce qu'ils étaient sincèrement attachés aux étudiants et aux formations. Et aussi parce que la possibilité de faire figurer "enseignant à l'université" sur son CV reste une reconnaissance symbolique importante. La licence dont je m'occupe emploie chaque année une quinzaine de vacataires intervenant pour deux ou trois heures et parfois pour assurer des enseignements complets autour d'une quarantaine d'heures. A ces gens-là on a envoyé différents courriers les sommant de payer sans même leur offrir la possibilité d'étalonner les paiements. Et sans que je ne sois, comme responsable de formation, jamais informé ni des sommes en jeu ni même de la nature desdits courriers. Puis devant le tollé du premier courrier tant la forme était violente, méprisante et humiliante, un courrier "d'excuse" fut envoyé aux mêmes pour déplorer la violence formelle du premier. Et puis ... et puis tout à continué. Les relances incessantes dont celles en guise de voeu de bonne année. Les demandes d'étalement pour lesquelles on vous somme de produire un dossier digne des services sociaux de l'Angleterre Thatcherienne. Vous sollicitez une exonération ou un étalement et vous avez déjà rempli 2 dossiers différents ? Merci de nous envoyer "un état de vos ressources actuelles selon votre situation familiale, un état de vos dépenses (loyer, électricité, téléphone, taxe habitation, impôts sur le revenu, crédit), les justificatifs d'une situation de difficulté financière importante (incident bancaire...). " Tout cela est bien sûr authentique.

C'était là ma limite. La plupart de ces gens, de ces "vacataires", je les connais depuis plus de 10 ans. Pour nombre d'entre eux c'est moi qui les ai "recrutés" ou plus exactement "embarqués" dans cette histoire. Ils viennent pour une paie de misère. Ils n'ont même pas le droit d'être défrayés parce que l'université ne le permet pas. Alors bien sûr on triche. On fait des faux. Oui. Des faux. Dix ans que je fais des faux. Je rajoute ici ou là des fausses heures de cours parce que j'ai honte de ne pas pouvoir faire autrement pour pouvoir au moins défrayer un petit peu les vacataires qui sont à nos côtés et devant nos étudiants. Chaque année je "pose" les emplois du temps de ces vacataires. On finit par pénétrer dans des zones d'intimité. Pas de cours le mercredi parce qu'il est divorcé et a la garde de ses enfants. Pas de cours pour elle les semaines impaires, pour la même raison. Que des cours le vendredi après-midi en Janvier parce qu'il en profite pour visiter des clients dans le coin le vendredi matin. Pour elle, pas de cours le lundi matin de Septembre à Décembre parce qu'elle suit un traitement médical un peu "lourd". Et tout le reste. La famille. Les enfants. Les loisirs. Les opinions politiques. Depuis 10 ans. 10 ans qu'on les connaît ces vacataires. Qu'on prend le café avec eux. Elle c'est sans sucre. Et lui c'est plutôt du thé. Il y en a qu'on accueille à la maison pour leur éviter de payer l'hôtel. Car certains viennent de loin. Il y en a qui nous amènent des chocolats à Noël. Il y en a qui prennent nos étudiants en stage. Ou en contrat. Il y en a qui versent chaque année de la taxe d'apprentissage à nos formations. A l'université de Nantes. Celle-là même qui leur réclame ce "trop-perçu". Il y en a tellement. Qui passent. Qui restent. Qui reviennent. Certains sont devenus des copains. Le resteront quoi qu'il arrive. 

Dans l'affaire du trop-perçu des vacataires j'ai averti et alerté tous les services centraux de l'université. Présidence, DGS, DRH, directions concernées de l'IUT. J'ai arrosé large. Je n'ai pas du être le seul. J'ai demandé et j'ai expliqué. J'ai dit que nous ne pourrions pas supporter ces démissions. J'ai dit que des formations allaient être en (grand) danger. J'ai dit que sur le fond comme sur la forme rien de ce qui était fait n'était ni normal, ni digne, ni respectueux. J'ai même proposé un protocole pour en sortir. Un "tuto" de sortie de crise. Qui consistait par exemple à prioriser avec les responsables de formation, les sommes à recouvrer dans l'immédiat, celles à recouvrer plus tard, et enfin un volet de cas particuliers pour lesquels une exonération partielle ou totale, immédiate ou différée, était à la fois envisageable et justifiée, soit au regard de la situation des personnes, soit au regard des exigences et nécessités de service des formations. Mais rien. Nombre de vacataires ayant finalement payé, nombre d'entre eux ayant également démissionné, et étant toujours en contact étroit avec chacun d'entre eux, j'ai fini par demander une exonération totale des sommes qu'il restait à payer pour 4 d'entre eux. Il y avait à chaque fois une bonne raison : l'entreprise de l'un nous versait régulièrement de la taxe d'apprentissage, une autre s'était tapée le trajet Bordeaux - La Roche sur Yon 4 fois par an pendant 7 ans, et un autre traversait un moment personnel compliqué. C'était bien sûr inéquitable. Mais dans un système à ce point dysfonctionnel il ne peut plus y avoir de point d'équilibre ou d'équité, seulement des points de rupture. Et j'ai mis ma démission dans la balance.

Pendant que l'université continuait de réclamer quelques centaines d'euros "d'argent public" à de récalcitrants vacataires, le président sortant de l'université, Olivier Laboux, nous livrait son "bilan de mandat", sur les pages web de l'université, en version .pdf et ... avec un document imprimé de 32 pages sur papier glacé diffusé à ... je n'ose imaginer combien d'exemplaires. Avec cet argent également public d'une impression tout à fait inutile, combien de vacataires aurait-il été possible d'épargner et de soulager ? J'ai posé cette question par mail au président. J'attends toujours sa réponse.  

Parmi les gens auxquels j'ai écrit, il y a quelques managers venus du privé et il y a surtout beaucoup, beaucoup d'universitaires. Mais non. Rien. La seule réponse que j'obtins fut celle du "je partage votre exaspération" mais "il s'agit d'argent public" suivi d'un inénarrable "mais on va apprendre de cet échec pour s'améliorer, pour alléger les procédures". Malgré tout cela et depuis désormais presque 6 mois que cette affaire a éclaté, jamais ces gens n'ont agi en universitaires. Pourtant beaucoup d'entre eux sont universitaires. Jamais ils n'ont pris de contact direct avec les responsables de formation. Jamais ils n'ont envisagé de prendre en compte l'impact de leurs décisions de recouvrement sur le contenu des formations. Jamais ils n'ont pris en compte l'aspect humain et la relation de sens qui unit l'immense majorité de ces "vacataires" à l'université. Tous ces gens n'ont été que comptables, et en plus de cela de mauvais comptables, tristement incapables d'une quelconque forme d'expertise. Je crois que c'est cela qui est le plus navrant. Que des universitaires puissent à ce point être oublieux de ce qu'ils sont.

Nous sommes devenus indignes de ce(ux) que nous représentons.

Parce qu'il faut que les formations soient toujours plus "rentables", l'université déploie des trésors d'ingéniosité budgétaire pour accompagner les étudiants dans la recherche de contrats (contrats pro ou contrat d'apprentissage) qui vont lui rapporter de l'argent, des "ressources propres" comme l'on dit dans la novlangue managériale. Et pourquoi pas. 

Mais à l'heure où la précarité étudiante (matérielle et psychologique) progresse, la médecine universitaire du 21ème siècle est indigente, les services sociaux sur les campus sont soit inexistants soit totalement saturés, et - expérience vécue - quand nous sommes confrontés à des cas extrêmement difficiles de harcèlement sur un lieu de stage les services juridiques sont absents, surchargés ou se déclarent eux-mêmes incompétents et d'autres services (la DEVU en l'occurence, merci à eux d'ailleurs) font ... ce qu'ils peuvent. J'en suis arrivé, cette année, à faire intervenir une inspectrice du travail à la retraite pour sensibiliser les étudiants à ces questions, intervention que je dois bien entendu payer "sur les crédits de ma formation", grâce à l'argent que me rapportent ... les contrats. Je n'ai même pas cherché à discuter quand on me l'a annoncé. Pour être sincère, sur le moment, cela m'a d'ailleurs presque paru ... normal. La formation est désormais rentable. Je paie donc certains intervenants sur mes propres crédits. Tout cela est un non-sens absolu. Et occupe l'essentiel de nos agendas qui ne sont faits que de fausses urgences alimentées par d'imbéciles procédures nécessitant d'improbables et toujours plus complexes dossiers soumis à d'aléatoires et aveugles arbitrages budgétaires. 

Je ne pense pas, en l'état actuel de la gestion des universités françaises, qu'il soit encore possible de faire avancer les choses. En tout cas par des formes de négociation qui postulent ou présupposent une acceptation de l'environnement managérial actuel de l'université. Même les gens intelligents sont pris dans un environnement auto-référentiel qui les aveugle et les abrutit. Ils dansent comme des lapins dans des phares. Quand l'université leur annonce qu'ils vont devenir des "préfigurateurs de la vision" (là encore c'est authentique) ils trouvent ça normal et se précipitent aux réunions pour en être. Quand le ministère baptise "Bienvenue en France" un plan visant à multiplier par 16 les frais d'inscription pour les étudiants étrangers, ils trouvent ça cohérent. Eux-mêmes, dans leur propre université, font voter une baisse de 20% du budget des bibliothèques universitaires. De leur bibliothèque universitaire. Quand on les interpelle sur la violence systémique et symbolique de leurs courriers et de leur mode de management ils disent n'y voir "aucune intentionnalité". Si demain on leur annonçait le remplacement du ministère de l'enseignement et de la recherche par celui des démarches ridicules ils se mettraient à marcher en canard ou en crabe. 

J'avais jusqu'à maintenant "résisté" parce qu'à chaque fois c'est moi qui prenait la décision finale. Et cette décision était prise conformément à un certain nombre de mes valeurs. Et me permettait, du moins le pensais-je, de protéger et d'accompagner au mieux les étudiants et parfois les collègues. Juste un exemple parmi tant d'autres : on m'expliquait (avec force) qu'il ne fallait prendre que des étudiants "financés" par un contrat en licence pro ? Je maintenais un accès de droit en formation initiale pour des étudiants avec de bons dossiers et continuais de refuser des étudiants avec des contrats mais de mauvais dossiers. Parce que je ne suis pas là pour faire du chiffre. Mais pour former des étudiants qui ont un projet cohérent. Cela peut vous paraître fou mais voilà contre quoi nous sommes nombreux à lutter, pied à pied, chaque jour, depuis des années.

Aujourd'hui la plupart des digues qui me permettaient de protéger et d'accompagner efficacement les étudiants sautent les unes après les autres.  Et celles qui me permettaient, pour une formation dont j'ai la charge, de rester (vaguement) responsable parce que décisionnaire du sort qui était fait aux collègues, titulaires, précaires et vacataires, ces digues là ont donc également sauté. Je n'ai donc plus aucune raison de continuer. Le système en lui-même ne semble plus capable d'une forme, même vague, même lointaine, de résilience. Si mon seul rôle consiste à accompagner des collègues sur le chemin de l'humiliation administrative, financière et symbolique sans pouvoir de quelque manière que ce soit l'empêcher, l'éviter ou la combattre, alors c'est que je ne suis plus à ma place, ou que ma place est celle d'un allié de ce système. Ce n'est bien sûr pas envisageable.

Mais derrière tout "système" il y a des gens, décisionnaires, responsables devant la communauté qu'ils sont supposés représenter. A chaque étage franchi dans l'échelle des responsabilités universitaires - et même en laissant de côté les simples arrivistes déjà nombreux - j'ai l'impression que l'on ne fait que grandir en aveuglement et dans l'acceptation cynique et réfléchie de formes douces d'inhumanité. Jusqu'à l'étage ministériel et l'immonde plan "Bienvenue en France" contre lequel la communauté universitaire dans son ensemble n'a même plus été en capacité de réunir les formes de résistance nécessaires à son abolition immédiate.

Très sincèrement je ne sais plus comment me comporter avec ces gens là. Les ignorer est coupable. Leur parler semble vain. Les insulter soulage à peine.

Il (me) faut trouver d'autres terrains de lutte. Peut-être plus essentiels. Probablement moins universitaires. Car ce qui reste à sauver de l'université semble se jouer désormais principalement en dehors d'elle-même. 

"Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner" écrivait Saint-Exupéry. Alors soyons exigeants :-)

Je remercie sincèrement, les collègues, titulaires, vacataires, précaires, grégaires, mais aussi, et leur part est immense, les secrétariats et services administratifs, services de formation continue, qui ont fait vivre et porté à bout de bras cette formation pendant 7 années à mes côtés. Que nous ayons été d'accord ou pas, pendant 7 années cette licence a aussi été la votre et ce que chaque diplômé est devenu, il vous le doit aussi un peu. Chaque parcours aura été unique et chaque rencontre précieuse. Ce que vous avez apporté aux étudiants n'a pas vraiment de prix. Vous le savez. La vie continue.  

La vie continue mais il va falloir que quelque chose change. Pour que nous retrouvions du sens à faire ce que nous faisons chaque jour. Nous le devons à nos étudiants. A nos collègues. Surtout précaires. D'abord précaires. Et un peu à nous-mêmes. 

"Ne pas céder sur son désir" disait Lacan, pour que la personne devienne sujet. Il ne nous reste que nos désirs à opposer aux ratiocinations faussement rationnelles du New Public Management dans les dernières strates encore capables de prendre collectivement soin des êtres et de ces choses bizarres que l'on trouve notamment dans les bibliothèques universitaires et que l'on appelle des connaissances. Ne pas céder sur son désir. Celui de prendre soin. A l'université comme à l'hôpital. Alors ne cédons pas sur nos désirs. 

Le 5 Mars l'université et la recherche s'arrêtent. C'est écrit sur les murs.        

85078815_2566683136937556_4331000942037041152_o

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.