Olivier Godechot
Sociologue, chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2009

Olivier Godechot
Sociologue, chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Équilibre des filières au lycée : une autre réforme est possible

Un des grands problèmes des réformes du système éducatif tient à la confusion délibérée de deux objectifs : l’amélioration de la qualité et de l’équité du système éducatif d’une part et la réduction de son coût d’autre part.

Olivier Godechot
Sociologue, chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un des grands problèmes des réformes du système éducatif tient à la confusion délibérée de deux objectifs : l’amélioration de la qualité et de l’équité du système éducatif d’une part et la réduction de son coût d’autre part. On suspecte avec raison des réformes qui mettent en avant l’égalité des chances ou la charge horaire des lycéens d’être avant tout guidées par des considérations budgétaires. La précédente réforme du lycée, provisoirement gelée, ne fait pas exception.
Cette réforme reposait en partie sur un diagnostic justifié des déséquilibres des filières générales du lycée : une hiérarchisation trop forte des filières entre la « voie royale », la filière scientifique (S) – et au sein de celle-ci la S option mathématiques, et les autres filières économiques et sociales (ES) et littéraires (L) ; une filière scientifique paradoxale qui sert surtout comme label de sélection et qui donne peu le goût des sciences ; une filière économique qui peine à former de véritables économistes ; une filière littéraire, dont les mérites sont reconnus, mais qui souffre d’une désaffection grandissante.
Supprimer les filières et organiser des parcours à la carte où les élèves doivent choisir un petit nombre de matières, comme le proposait la réforme, a été compris, avec raison, comme un moyen de marginaliser les matières les moins utilitaires et de faire des économies. En outre rien n’assure que la réforme aurait mis fin à la hiérarchie du lycée. Certains panachages d’options s’imposeraient comme des panachages d’élite, d’autres comme des panachages de second choix.
Or sur quoi reposent cette hiérarchie et ce déséquilibre des filières ? Elles reposent sur le fait que certaines matières sont collectivement vues comme des disciplines de sélection qui révèlent des aptitudes générales. Ces disciplines de sélection ont beaucoup varié au cours du temps. Au début du vingtième siècle, les humanités et plus particulièrement le latin, servaient comme signal de compétence. Depuis la réforme de 1965, le latin a été définitivement relégué au second plan et les mathématiques se sont imposées comme la principale discipline de sélection. Si tant d’élèves veulent faire S, ce n’est pas tant pour la biologie, la physique ou la chimie que pour recevoir le certificat de compétences que décerne LA filière mathématique.
On ne change pas la hiérarchie disciplinaire par décret. C’est le produit d’une très longue histoire, en particulier en France, où l’on a toujours valorisé les savoirs les plus formels sur les savoirs les plus appliqués. Supprimer la ES au profit de la L maintiendra intact le brillant de la S. Comment réformer et casser ces hiérarchies stériles et cette polarisation excessive autour de la S ? Tout simplement, en permettant aux lycéens de faire exactement autant de mathématiques dans chaque filière. Attention ! Il ne s’agit surtout pas d’aligner le programme vers le bas, ni d’imposer à tous les lycéens de faire autant de mathématiques que les S option mathématiques, mais de créer dans les trois filières trois options identiques par le programme, le volume horaire et le coefficient : mathématiques avancées (par exemple 7h30 de cours en Terminale et un coefficient 9), mathématiques intermédiaires (par exemple 5h00 de cours un coefficient 5) et mathématiques allégées (deux heures de cours et coefficient 2).
Cette proposition pourra paraître curieuse à tous ceux qui croient que les mathématiques sont conceptuellement liées aux sciences de la nature. Cette vision est fausse. Les mathématiques sont désormais devenus un des supports formels tant des sciences de la nature que des sciences humaines, de l’ingénierie que de la gestion. Il n’y a pas de raison de réserver l’enseignement aux premières et d’en exclure les secondes. Cette réforme permettrait d’éviter que tant de lycéens qui veulent faire des écoles de commerce se ruent sur la S et revaloriserait relativement la filière ES. Elle permettrait à des bons lycéens de marier en L, abstraction philosophique et abstraction mathématique. Enfin, elle conduirait in fine à revaloriser la culture scientifique en voie S. Les élèves qui s’y orienteraient, le feraient, non pour les seules mathématiques qu’ils pourraient trouver en quantité et qualité équivalente ailleurs, mais véritablement pour les sciences de la nature qui y sont enseignées.
Avec ce type de réforme, dira-t-on, on ne supprime pas la hiérarchie, on la déplace du niveau des filières au niveau des options d’une même filière ! C’est exact. La réforme ne supprime pas toute hiérarchie des parcours du lycée. Il est difficile de défaire ce que des décennies produisent, mais cette proposition a le mérite de rendre la hiérarchie scolaire un peu plus multidimensionnelle et, à terme, de la relativiser.
Cette réforme est simple et peu coûteuse. Elle n’est pas le faux nez d’économies budgétaires. Elle ne bouleverse pas de fond en comble les équilibres organisationnels du lycée en terme de personnel ou d’horaires. Elle ne heurte pas de front les valeurs et les intérêts des enseignants, des parents ou des élèves. Au contraire elle permet aux lycéens de mieux résoudre la contradiction fréquente entre leurs préférences personnelles et la hiérarchie officieuse des filières et au final de construire des parcours plus cohérents. C’est peut-être là une réforme à la fois d’ampleur limitée et de portée importante, le type même de réforme utile dans l’éducation nationale.
Olivier GODECHOT, chercheur en sociologie au CNRS.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff