Charlie Hebdo en question

Le 7 janvier 2015 , une attaque à lieux a Charlie hebdo , le bilan est 12 morts. Cette attaque terroriste aurait été faite pour venger le prophète Mahomet. Cette attaque va relancer le débat sur le blasphème. Le but du texte sera de voir les différentes positions sur le sujet (les personnes qui expriment pour ou contre le blasphème et Charlie) et d’en tirer une analyse. La première partie sera sur la définition du blasphème, ensuite, on va voir les positions des différents parti ( pour et les contres Charlie) et comme conclusion, voir ce que la justice française a fait pour trancher sur cette question via les procès de Charlie Hebdo.  

Définition:

Avant , on va revoir la définition du blasphème et comment elle à évoluer dans l’histoire. 
Dans le texte de Willem Frijhoff , 1998 , la définition du blasphème qui donne est la suivante :

« Il se définit donc par rapport à un champ normatif. C’est ce qui en fait un objet d’histoire, car le champ normatif lui-même s’inscrit dans le vécu d’une communauté.» 

Le blasphème pour l’auteur évolue dans le temps et change selon les époques. 

« Dans le temps, il change lentement de statut. D’un péché contre l’ordre de Dieu aux yeux de l’Église, il devient un crime contre l’ordre public aux yeux de l’État, tout en perdant imperceptiblement son pouvoir corrosif et bénéficiant d’une indulgence croissante de la part du public .» 

Si le blasphème est puni par la loi, c’est parce qu’il met en danger les positions de pouvoir que ce soit politique ou religieux. 

« Il s’attaque symboliquement, mais sans détours, aux rapports de pouvoir et à leurs fondements légitimants. C’est ce qui oblige les autorités, tant ecclésiastiques que séculières, à tant de sévérité à son égard, sous peine de perdre leur crédibilité..» 

Le blasphème est une sorte de parole ou des gestes interdit  par les États ou les religieux pour sauvegarder leur pouvoir en place. Les Églises et les États vont se légitimer comme sacrées, car ils sont guidés par Dieu ou par la nation. Remettre en question ou se moquer de ses autorités seraient de menacer leur pouvoir. Le blasphème est comme une sorte de loi pour maintenir des régimes théocratique ou séculiers en place via des interdits enfin ne pas remettre en question leur régime. 

Dans le texte de Corinne Leveleux-Teixeira , 2011 , pose une question suivante :

« Par ailleurs, si le blasphème postule assurément une atteinte au sacré, rien n’est clair quant à la nature et aux modalités de cette atteinte. À ce titre, le blasphème fonctionne comme l’injure et suppose comme elle une relativité de l’appréciation subjective » 

Le problème (ou enjeux) est que le blasphème ne s’attaque pas à une personne précise, mais a une sorte de sacrée qui n’est personne. Le mal qu’on fait ne touche pas directement une personne, mais choque une communauté ou un groupe précis. 

Comme dans l’autre texte , Corinne considère que le blasphème à évoluer dans le temps , elle était au début réserver a l’aspect religieux ou il ne fallait pas remettre en question la religion. Vers le 12 siècles, elle est devenue politique. Les rois en Europe vont commencer a puni tous ceux qui blasphème via des emprisonnements, le but était de protéger la religion chrétienne des dérives et que les rois sont leur protecteur Les rois en Europe vont commencer a puni tous ceux qui blasphème via des emprisonnements, le but était de protéger la religion chrétienne des dérives et que les rois sont leur protecteur (pour plus de prestige)..

Dans les pays arabes, la notion de blasphème pour protéger les rois ou les religieux est toujours en vigueur, mais en occident , dans des sociétés laïc et tolérantes, cette notion n’existe plus. Le blasphème n’a pas lieu être, car on n’a pas à protéger les politiciens ou les religions. Une nouvelle sorte de blasphème fait son apparition, elle a pour but de protéger la religion au nom de la tolérance. On interdit les moqueries et les critiques de la religion au nom de ne pas heurter les sentiments des religieux, c’est la position des anticharlie. 

Contre Charlie Hedbo:

Dans le texte Marwan Sinaceur , 2020 , les caricatures de Mahomet ont blessé les musulmans. Elles sont insultantes et mets mal à aise. Elles sont une attaque envers le prophète Mahomet, un mensonge envers lui et c’est considérer comme une attaque envers l’islam. Pour lui , la réaction des musulmans doit être calme et de montrer la colère de façon civilisée. 

Dans des entrevues faites par Sodaba Haidare , 2020 , celle-ci va interroger trois femmes musulmanes pour savoir leurs positions sur Charlie hebdo 

Mishi Khan , une femme du pakistan, les caricatures de Mahomet sert à insulté les musulmans. Le but sera de créer la division entre les gens. Les dessins ont un but islamophobe. Quand elle a vu les caricatures, elle a pleuré.

Latife Ozdemir , une femme de la Turquie , les musulmans sont persécutés en Occident et les caricatures ne font  que amplifier le phénomène. Quand Charlie a dessiné Erdogan avec une canette qui soulève la jupe de sa femme , elle a été insultée, car pour elle , Charlie a manqué de respect aux femmes voilées (elle reproche à Charlie que Erdogan tenait la jupe de sa femme.). Les musulmans ne sont pas à leur place en Europe et les dessins de la religion sont des offenses. 

Hiba Mohamed Moussa , une femme de la Mauritanie, elle a écrit une lettre à Macron pour qui arrête de soutenir les dessins du prophète Mahomet. Le fait que Macron continue à défendre la liberté expression est une insulte aux musulmans, car les dessins humilient un groupe entier.

Dans le texte de Philippe Marlière , 2020 , Charlie Hedbo est un humour raciste qui a pour but humilier les minorités. C’est un journal pour beaufs blancs. Selon lui , le blasphème n’a pas à être lutté en France, car cette loi n’existe plus. On peut critiquer la religion quand celle-ci a un pouvoir important dans la société. Pour lui , se moquer de la religion est utile, car elle est au pouvoir, mais vu que l’islam est une religion minoritaire et que les musulmans sont de la plupart du prolétariat, se moquer de l’islam, c’est soutenir leurs oppressions. Charlie ne sait pas contenter insulté Mahomet, mais il a insulté tous les musulmans. Faire des dessins sur eux et leur religion permets de renforcer leur raciste contre eux. 

Statitique:

Pour se poser la question, est ce que tous les musulmans ont été insulté par les dessins du prophète Mahomet, certains sondages peuvent nous éclairer. Dans un sondage sur le friago , une question a été poser : Selon vous , est ce que les journalistes ont eu tord de publier les caricatures du prophète Mahomet? 69% des musulmans ont dit que c’est une provocation inutile et 19 % des musulmans ont soutenu Charlie au nom de la liberté expression (musulmans qui vit en France).

Pour Charlie Hedbo:

Pour le blaspheme:

Dans le numéro 1179 de Charlie Hedbo , entretien avec Gérard Bonnet et Malek Chebel , Mahomet n’a jamais interdit de faire des représentations de lui, ce n’est vers 8 siècles que les débats sur la représentation de Mahomet vont commencer car les musulmans vont inspirer des byzantins et de leurs débats sur les images (sur l'iconoclaste) des prophètes. La majorité des musulmans ont décidée d'interdire la représentation de Mahomet pour etre en  opposition avec les chrétiens. Il reste que  certains chiites et sunnite (deux courants dans l’islam) ont dessiné et représenter Mahomet dans le temps, ce qui signifie que cette question n’est pas fixe dans l’islam et toujours un débat théologique sur cette question. 

Pour eux , le monde musulman n’a pas réussi à séparer les idées et les personnes. Les personnes saintes sont des idéaux auxquels qu’on inspire. Le problème vient quand on mélange les idéaux et les personnes. Mahomet incarne une idée, une religion, quand on s’attaque à lui , on attaque aux idées religieuses ( une partie) et non directement a lui ou au musulman.

Politique:

Dans un article du point faite par Mireille Duteil , 2015 , les réactions des musulmans contre Charlie hebdo ne sont pas lié aux caricatures en elle-même mais à à une haine contre la France. Des musulmans utilisent comme prétexte les dessins de Charlie pour exprimer leur opinons politiques contre la France et l’occident. La France qui intervient partout dans le monde contre les islamistes et ses derniers n'aiment pas ca , ils vont décidé de se venger. D’autres musulmans vont utiliser comme prétexte ( contre Charlie) exprimé leur colère contre la corruption des gouvernements. 

Cette thèse peut aussi être soutenue avec les cas des caricatures de Mahomet au Danemark en 2005 , un journal a décidé de faire des dessins de Mahomet ( 12 au total). Il y a eu une certaine agitation mais cette affaire devient internationale quand certains imams (le principal imam est Abu Laban) du Danemark ont décidé de faire un tourné au moyen orient pour montrer les caricatures en ajouta 3 autres caricatures de Mahomet qui n’ont pas été faites par le journal danois (des dessins qui était extrêmement dégradante) pour mousser leur campagne. Leur but était de faire monter la tension entre l'occident et l'orient et justifier leur agenda politique.

Meme chose avec les versets sataniques en 1989 , un livre qui était a la base une histoire sur l’intégration et le mélange de deux cultures, britannique et indienne, s’est transformer en une histoire de blasphème. C’est Iran qui va mettre le feu en condamnant à mort l’auteur. Le but de cette condamnation était purement politique, était de faire oublier au peuple la misère après 8 ans de guerre contre Irak et rétablir la confiance du gouvernement des Mollahs dans le monde sunnite et l'intérieur de l’Iran. 

Islamophobie de Charlie Hedbo:

Dans un blog du monde faite par Céline et Jean Francois , deux sociologues, ils ont analysé les couvertures et les contenues de Charlie Hebdo.De 2005 à 2015 , sur les 523 couvertures, seul 38 sont lié a la religion donc 7 a l’islam. 336 des unes sont liées à la politique. Charlie se concentre plus a sur la critique les politiciens et de parler des enjeux politiques. Les sujets sur la religion restent plutôt rares. 

Qu’est que la justice Française a fait pour trancher le débats:

La dernière parti sera maintenant de voir comment la justice a tranché la question. Dans le texte de Legicom , 2015 , le texte fait mention des procès de Charlie hebdo et de leur conclusion. 

Les personnes qui poursuivirent Charlie Hedbo l’ont fait pour une question de haine, le journal aurait inciter a la haine envers la communauté musulmane, deux lois seront retenues contre Charlie:

l'article 29, alinéa 2, de la loi du 29 juillet 1881 :
« toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait »

et l’article 33 :
« de six mois d'emprisonnement et de 22500 euros d'amende l'injure commise [...] envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » 

La défense de Charlie Hebdo sera défendue sur le couvert de la loi article 33 alinéa 3:
« attendu qu’en France, société laïque et pluraliste, le respect de toutes les croyances va de pair avec la liberté de critiquer les religions quelles qu’elles soient et avec celle de représenter des sujets ou objets de vénération religieuse ; que le blasphème, qui outrage la divinité ou la religion, n’y est pas réprimé, à la différence de l’injure dès lors qu’elle constitue une attaque personnelle et directe dirigée contre une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse ».

Le but des personnes qui poursuivent est de démontrer que les dessins de Mahomet sont une insulte aux musulmans et que c’est un acte islamophobie. Le but sera de montrer que les dessins avait un but injurieux. 

La justice confirme par des préambules que personne n’est obligé de lire Charlie et que ce n’est pas comparable à une affiche sur la route. Aucun musulman n’est obligé de voir les dessins qui jugent insultant. Une caricature a pour but de remplir une fonction parodique et exagération dans un but une critique politique ou social. Les dessins ont pour but de diffuser une idée, la justice aura comme devoir que regarder s’ils ne sont pas allés trop loin. 

Dans le premier dessin de Charlie (Mahomet dit que c’est dur aimer par des cons). La justice a n’a conclu que la phrase aimer par des cons désigne les islamistes et que ce dessin est une forme de critique envers ces derniers. Mahomet est désespéré par les islamistes qui utilisent l’islam pour leur propre fin. Les islamistes ne constituent pas la majorité des musulmans. 

Dans un dessin ou Mahomet est sur un nuage et dit au terroriste, arrêté, on n’a pas de vierge, c’est une forme de critique envers les islamistes qui vont faire des attaques suicide pour justement avoir des vierges au paradis. Le dessin explique clairement que l’islam n’est pas lié au terroriste et que Mahomet désapprouve ses actes. 

Le dessin avec Mahomet avec un turban en forme de bombe est un dessin qui représente comment les islamistes voient le prophète, comment par leur action, il détruit son image. Cette caricature est une sorte de critique envers les islamistes. 

Si certains musulmans sont choqués par les dessins , la justice n’a pas déterminé que Charlie Hedbo a voulu de façon directe provoqué tous les musulmans, mais a voulu critiquer les dérives des musulmans via utilisation du dessin de Mahomet. La loi n’a pas été enfreinte. 

La justice ne reconnaît pas le blasphème et considère qu’une démocratie libre doit exiger au croyant être choqué, les autres ont le droit de rejeter vos croyances et de les critiquer. Les religions ne sont pas protégées, c’est la liberté de croire à ses religions qui le sont. 

biographie:

CHEYRONNAUD (Jacques), CLAVERIE (Élisabeth), LABORDE (Denis), ROUSSIN (Philippe), Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, (Textes réunis par Philippe Roussin), Paris, Honoré Champion, 1998, 270 p. (coll. « Champion-varia », n° 17)

Corinne Leveleux-Teixeira, « Entre droit et religion : le blasphème, du péché de la langue au crime sans victime », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 13 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/7828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.7828

Pour répondre aux caricatures de Mahomet, voici ce que dit le Coran , Marwan Sinaceur , 2020 Huffpost : https://www.huffingtonpost.fr/entry/pour-repondre-aux-caricatures-de-mahomet-voici-ce-que-dit-le-coran_fr_5fae5dd3c5b6b3633369568a

''On en a marre des gens qui se moquent de notre religion'' : pourquoi je n'achète plus rien ''Fabriqué en France'' , Sodaba Haidare , BCC 

https://www.bbc.com/afrique/monde-54781095

Pourquoi Charlie Hebdo ne me fait pas rire , Philippe Marlière , middle east eye https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/charlie-hebdo-humour-liberte-expression-islamophobie-racisme-france

MIREILLE DUTEIL , Monde musulman : "Charlie Hebdo", les caricatures et les mauvais prétextes , point. 

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/mireille-duteil/monde-musulman-charlie-hebdo-les-caricatures-et-les-mauvais-pretextes-19-01-2015-1897747_239.php

Céline et Jean Francois , Non, « Charlie Hebdo » n’est pas obsédé par l’islam , Le monde 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2015/02/24/non-charlie-hebdo-n-est-pas-obsede-par-l-islam_4582419_3232.html

« Caricatures, blasphème et défi », LEGICOM, 2015/2 (N° 55), p. 114-119. DOI : 10.3917/legi.055.0114. URL : https://www.cairn.info/revue-legicom-2015-2-page-114.htm

Charlie Hebdo : 59% des Français soutiennent la publication des caricatures de Mahomet , friago.

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/charlie-hebdo-59-des-francais-soutiennent-la-publication-des-caricatures-de-mahomet-20200902

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/charlie-hebdo-59-des-francais-soutiennent-la-publication-des-caricatures-de-mahomet-20200902

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.