Le choix des mots: Primaire ou Etats Généraux ?

Une Primaire à Gauche. Voilà une nouveauté bienvenue à 15 mois des élections présidentielles : un peu d'oxygène, de nouveauté, d'espoir ! Mais vers quoi nous précipitons nous ? Vers un débat des uns contre les autres, projets contre projets, pour quel résultat ? : n'en retenir qu'un seul. Tous perdants, sauf un. Est-ce ce que nous voulons ? Et si nous parlions plutôt d'Etats Généraux... ?

 

Une Primaire à Gauche. Voilà une nouveauté bienvenue à 15 mois des élections présidentielles : un peu d'oxygène, de nouveauté, d'espoir ! Mais vers quoi nous précipitons nous ? Vers un débat des uns contre les autres, projets contre projets, pour quel résultat ? : n'en retenir qu'un seul. Tous perdants, sauf un. Est-ce ce que nous voulons ? Et si nous parlions plutôt d'Etats Généraux... ?

Voilà ce que Wikipédia nous dit sur les Etats Généraux, qui ont tout de même eu cours en France près de 500 ans : "Véritables assemblées des représentants des peuples de France, fondées sur le principe fondamental selon lequel ils ne sont pas des peuples tributaires mais libres, et qu'aucune contribution ne peut être exigée d'eux sans leur consentement. Elles n'avaient aucun rôle législatif ou juridictionnel, contrairement aux parlements avec lesquels elles ne doivent pas être confondues."

Nos cahiers de doléances sont déjà bien garnis : il existe une telle vitalité de notre société civile, une telle expertise à tous niveaux, que nous sommes capables ensemble, d'avoir des solutions intelligentes face aux multiples crises qui nous assaillent. Comment imaginer qu'un parti, un homme ou une femme, puisse à lui seul les incarner ?

Plutôt que des primaires d'affrontement, imaginons des primaires de construction ! Vous, leaders nationaux (Mélenchon, Paul, Cohn-Bendit, Duflot, Jadot, Taubira, Montebourg, Attali, Piketty, Hulot...), avez de bonnes idées, venez en débattre avec pour seul enjeu l'avenir de notre pays. Pas celui de votre Parti, pas celui de votre personne. Voilà les Etats Généraux - et généreux - de la gauche que nous attendons.

Et le jour J, quand il faudra savoir qui porte ce merveilleux, enthousiasmant programme, alors sera venu le moment de la désignation non pas d'un candidat, mais d'un représentant de ces Etats Généraux. Celui qui, une fois élu, s'effacera car il s'y sera engagé, pour remettre les clés de la France à une équipe et non à un monarque, dans le cadre d'une 6ème République salvatrice. 

Comment choisir cet homme ou cette femme, ce passeur ? Le tirage au sort parmi les participants serait probablement le plus logique, mais cela reviendrait à ignorer notre système politico-médiatique actuel, qui ne comprendrait pas et ne ferait qu'une bouchée d'un(e) candidat(e) peu aguerri(e).

Désigner celui ayant le plus de chances de l'emporter - au nom des autres - serait plus responsable. Le jour J, cela sera une évidence pour le peuple de Gauche, et une désignation consensuelle émergera de la consultation qui aura lieu par internet. Car cette consultation n'aura pas pour but de désigner un gagnant et des perdants. Elle permettra de désigner un porte parole avec une question simple : "Qui, selon vous, a le plus de chances d'être élu pour porter le programme commun issu des Etats Généraux de la Gauche et installer la 6ème République que nous appelons de nos voeux ?" 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.