Obtention des fadettes : et les opérateurs dans tout ça ?

Depuis plusieurs mois, de lourds soupçons pèsent sur le pouvoir à propos d'un éventuel espionnage de journalistes enquêtant sur des sujets sensibles comme l'affaire Woerth-Bettencourt. On parle de la DCRI, de Nicolas Sarkozy, de Claude Guéant, etc. On rappelle que les fonctionnaires ont un devoir de désobéissance face à des ordres illégaux.

Mais on n'évoque jamais, à ma connaissance, le rôle des opérateurs. Ont-il le même devoir de désobéissance ? Le cas échéant, qu'en font-ils ? Quelqu'un les a-t-il interrogés sur leur rôle dans ces affaires ? Un journaliste peut-il avoir un abonnement téléphonique chez un opérateur dont l'actionnaire majoritaire est un proche du président de la République ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.