Pour que vive notre librairie de village "Au temps des cerises"!

A Annot (Alpes de Haute Provence), notre librairie, presse, papeterie" Au temps des cerises" est en danger du fait d'une trésorerie fragile. Elle risque la fermeture, la perte des sommes investies et des dettes à affronter. La concurrence des géants exemptés d'impôts et subventionnés par les pouvoirs publics, des grandes surfaces assistées par le pacte de "responsabilité", la baisse du pouvoir d'achat, les marges imposées par la presse et les grandes entreprises d'édition  étranglent les petits libraires. Un travail intense pour une minuscule rémunération.

Dans notre village, depuis l'invention de l'imprimerie, une librairie ou son équivalent (colporteurs, bazars....) a toujours existé. Comment accepter qu'en 2015, elle disparaisse? "Au temps des cerises" est un lieu convivial, de rencontres, de discussions disposant de tables où l'on consomme un café, une infusion, un jus de fruit bio. Tous les habitants du village et du canton (1500 habitants) s'y rencontrent : 90 clients par matinée d'hiver, le jour du marché, 300 par jour d'été. La presse étrangère y est présente. Les Annotains s'attachent à y commander leurs livres et articles de papeterie(1). Ils aiment leur libraire et leur librairie. Que serait Annot sans "Au temps des cerises"? 

Nous nous sommes donc organisés pour que vive "Au temps des cerises".  Notre objectif est, dans un premier temps, de consolider la trésorerie. Nous engageons une collecte sur place, une fête (musique, chansons, théâtre) "Quand nous chanterons au temps des cerises", une tombola et une souscription par internet (2). Nous informons la presse locale et nationale. Nous sollicitons la commune, la Communauté de communes, le Conseil général, la Région.

Est-il normal qu'il revienne aux citoyens de mettre la main à la poche pour tenter de sauvegarder leur unique librairie quand des sommes effarantes sont déverser par l'Etat, avec leurs impôts, dans les poches des patrons des entreprises du CAC40 ou autres, par ailleurs patrons des principaux groupes de presse et d'éditions et autres diffuseurs géants? Devrons-nous bientôt les payer encore plus pour pouvoir disposer, dans les villages, d'un service culturel qui existe depuis des siècles?

Brigitte Bermondy

 

1- Notre libraire est associée au réseau mutualiste de libraires " lalibrairie.com" pour contrer l'importance prise par Amazone.

2- Site " Ulule.com", à partir du 27/01.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.