Mr Macron, quand allez-vous demander pardon ?

Ce matin mon père est décédé du Covid-19. S’il vous plait, épargnez-moi vos condoléances et vos RIP. Pensez plutôt à ce qui a causé sa mort.

Mon père c’était un type bien, c’était un type droit, c’était un type juste. Il ne parlait jamais de politique et je pense qu’il devait voter plutôt au centre. Il voyait la France comme une grande nation. Pour lui la France c’était les affaires des trentes glorieuses, la France que tout le monde envie, celle de la grande cuisine, celle du meilleur pinard au monde, du fromage, celle des jolies femmes et de la mode ; mais la France c’était aussi le pays où on a le meilleur service de santé au monde.

 © Olivier Wagner © Olivier Wagner

Dans la réalité, mon père est mort parce qu’aujourd’hui, la France a un système hospitalier indigne de son rang de septième puissance économique mondiale. Les médecins n’y sont pour rien, les soignants n’y sont pour rien. Le personnel hospitalier dans son ensemble n’y est pour rien. Au contraire, ce sont eux qui tiennent le système à bout de bras et ne cessent d’alerter les politiques depuis des mois sur leur manque de moyens. Certains diront que personne ne pouvait prévoir cette épidémie mais c’est faux. On l’a vu en Chine, puis en Italie. On a vu ce qui se passait chez eux. Agnès Buzyn l’a dit, elle savait depuis janvier ce qui allait arriver et elle a alerté le gouvernement au plus haut niveau. J’ai encore entendu ce matin l’interview d’un médecin urgentiste qui a répété que depuis des années lui et ses confrères alertent les services publics sur le manque de lits et de places dans les services de réanimation à chaque canicule, à chaque épidémie de grippe saisonnière. Mais les gouvernements successifs des 30 ou 40 dernières années n’ont eu de cesse de détruire ce qui était objectivement l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Et le gouvernement actuel qui depuis quelques jours traite de héros les soignants, est le même gouvernement qui envoyait quelques semaines avant cette crise, les CRS matraquer le personnel hospitalier réclamant plus de moyens.

Mais quand, quand va-t-on arrêter de considérer les hôpitaux comme des entreprises ? La santé ne doit pas être dans le marché. La santé ne doit pas être rentable, elle doit être efficace. Quel qu’en soit le coût comme dirait Mr Macron. Arrêtez de nous bassiner avec vos « il n’y a pas d’argent magique ». On le sait, on n’est pas con. Mais on sait également que si l’argent magique n’existe pas, l’argent tout court est bien là et qu’il suffit de le prendre là où il est. C’est juste une question de volonté politique. Mr Macron, arrêtez de faire semblant de ne pas comprendre quand on vous dit que vous êtes le président des riches. C’est une réalité objective que tout le monde voit. Qui croyez-vous berner ? La destruction accélérée du système de santé depuis que vous êtes au pouvoir est à mettre en regard avec la suppression de l’ISF. Le manque de tests du Covid-19 est à mettre en regard avec l’argent gaspillé pour le CICE donné à des entreprises qui licencie à tours de bras et reverse des dividendes record aux actionnaires. Le manque de masques, de gants, de combinaisons de protections est à mettre en regard avec votre inaction dans la chasse à l’évasion fiscale que le Figaro, journal d’extrême gauche bien connu, chiffre à 80 milliard d’euros chaque année.

Etes-vous moins intelligent que Madame Merkel ? Les membres de votre gouvernement sont-ils plus bêtes que ceux du Bundestag ? Avons-nous eu moins de temps que les Fridolins pour nous préparer ? Au moment où j’écris ces lignes, je lis dans les Echos, un autre journal d’extrême gauche, que les Allemands ont fait près de 350.000 tests rien que la semaine dernière. Comment ne sommes-nous pas capable de faire la même chose ? Pourquoi le taux de mortalité en Allemagne est-il de 0,2% alors qu’il est chez nous de 2,2% ? Pourquoi ont-ils les équipements que nous n’avons pas ? Quand allez-vous demander pardon ?

Mr Macron, avec votre politique, vous avez tué mon père.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.