OR DE QUESTION Guyane
Collectif citoyen de lutte contre l'extractivisme industriel en Guyane Française
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2021

L’industrie minière de l’or en Guyane bientôt jugée illégale ?

Lettre ouverte au Président Macron. - Dans une décision rendue le 1er juillet, le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, vous donne 9 mois pour renforcer votre politique climatique. Or l’industrie minière aurifère, et particulièrement en territoire amazonien, compte parmi les secteurs d’activité les plus polluants au monde en totale contradiction avec les engagements en matière climatique qui vous lient.

OR DE QUESTION Guyane
Collectif citoyen de lutte contre l'extractivisme industriel en Guyane Française
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prenant acte de cette décision, le collectif Or de question vous rappelle que l’industrie minière aurifère, et particulièrement en territoire amazonien, compte parmi les secteurs d’activité les plus polluants au monde en totale contradiction avec les engagements en matière climatique qui vous lient.

Le Conseil d’Etat a jugé qu’il revenait au gouvernement de « prendre toutes mesures utiles permettant d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre », il est donc désormais temps d’interdire l’orpaillage industriel en Guyane et de respecter vos obligations régaliennes pour garantir l'intégrité de notre territoire contre l'orpaillage illégal.

C’était une demande de longue date des organisations de Guyane, soutenue par plus de 571 450 citoyennes et citoyens et même repris par les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) afin d’assurer la protection des écosystèmes et de la biodiversité : l’interdiction définitive de l’industrie minière en Guyane vise à tourner la page de cette activité climaticide et mortifère.

Loin de remplir ces attentes, votre gouvernement a proposé une réforme du code minier au sein de la loi Climat et résilience, censée introduire des considérations environnementales dans l’arsenal législatif, prétextant ainsi une meilleure protection de la nature.

Pour le collectif Or de question, il n’y a plus à tergiverser, la filière minière aurifère industrielle n’est tout simplement pas compatible avec les exigences environnementales qu’il nous revient de respecter si nous voulons avoir une chance de remporter la bataille contre le réchauffement climatique.

En effet, selon l’association Systext, rassemblant des ingénieurs spécialistes du domaine minier, une seule mine de taille moyenne correspond à “la quantité de CO2 émise par 190 000 voitures particulières françaises pendant un an” (voir la publication). Non content d’émettre massivement des gaz à effet de serre directement responsable du réchauffement climatique, le secteur minier est une calamité pour la conservation de notre meilleur atout : les forêts.

Selon la Banque Mondiale les 3 365 sites miniers présents dans le monde s’étendent sur 27% de la couverture forestière mondiale. Le “fait qu’il menace un tiers de la surface des forêts internationales est très préoccupant”, selon l’association Systext.

Les forêts tropicales de Guyane sont particulièrement importantes car en raison de leur forte densité de biomasse, elles absorbent 50% de carbone de plus que les autres types de forêts. Lorsqu’elles sont détruites, par exemple pour laisser place à des mines, elles relâchent le carbone absorbé, ce qui participe au dérèglement climatique.


C’est pourquoi, le collectif Or de question réaffirme qu’il est de l’obligation de votre gouvernement de prendre dès à présent la décision d’interdire l’orpaillage industriel sur le territoire de Guyane et de prendre les mesures nécessaires à l'éradication de l'orpaillage illégal, en inscrivant les mesures requises dans la loi Climat et Résilience afin de respecter la décision du Conseil d’Etat et d’éviter d’autres recours que le collectif Or de Question ne se privera pas d’entamer afin de protéger les communs et les droits des générations futures.

Nous vous prions, Monsieur le Président, d'agréer nos salutations respectueuses

Le collectif Or de Question

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr