Du geste à la culture

Jeune photographe, Audrey Leblanc nous invite à partager l'intimité de danseurs contemporains. Ses photographies ont saisi des moments de travail ou d'improvisation

Tombo © Audrey Leblanc Tombo © Audrey Leblanc
Jeune photographe, Audrey Leblanc nous invite à partager l'intimité de danseurs contemporains. Ses photographies ont saisi des moments de travail ou d'improvisation de compagnies d'origines très différentes. Objectif : montrer comment la culture influence le mouvement mais aussi, finalement, comment les danseurs peuvent se retrouver autour de gestes.

 

 

 

 

Une ambiance chaleureuse, de vieux bancs en bois patinés par les années, le restaurant d'entreprise de l'Opéra Garnier, à Paris, résonne de bruits de casseroles, de cuisine, d'éclats de voix. Pourtant, ce lieu se veut plus qu'une simple halte de ravitaillement... c'est le coeur de la machine, là où l'on se rencontre, où l'on échange et où l'on découvre.

 

 

Du 24 novembre au 16 janvier, Audrey Leblanc, jeune photographe, y a accroché sa série "Corps et danses contemporaines". Un "véritable challenge" d'exposer dans un lieu pareil nous explique l'artiste. Avec Cindy Théodore, étudiante en arts plastiques et responsable de l'organisation de l'exposition, elles ont dû intégrer les photographies dans le décor existant, les mettre en avant, dans un local qui s'y prête pourtant peu. Le pari est réussi : jeux de miroirs, adaptation aux recoins et objets parsemant l'espace... les photographies ont su se fondre dans l'existant sans se cacher. Et l'exposition est présente jusqu'aux salières et poivrières, décorées par des photographies de l'exposition ! Pas de doute, les jeunes femmes ont su imprégner le lieu de cette atmosphère de danse.

 

 

 

Dans les deux pièces du restaurant, les photographies d'Audrey Leblanc accrochent notre regard. Elle nous propose une démarche particulière : observer le danseur dans son espace, dans son monde. L'idée n'est pas de photographier le spectacle, mais plutôt tout le processus de création qui amène, ensuite, à la scène. Dans ce tour du monde des chorégraphes et des danseurs, Audrey Leblanc insiste sur les particularités de chaque culture, comme, par exemple, la danse contemporaine au Maroc, avec une série de photographies de Saïd Aït El Moumen, de la compagnie Anania, prises en 2006, à Marrakech.

 

Corps et danses contemporaines © Oriane Raffin

 

 

 

Les danseurs sont donc en plein travail, souvent le regard perdu en eux. Et quoi de mieux pour faire transparaître la personnalité de chacun ? Le spectateur a le sentiment de partager quelque chose, de saisir l'intimité du modèle. Et pas de doute : chaque série dégage une énergie bien différente de sa voisine !

 

 

 

Merci à Audrey Leblanc pour son accueil et sa gentillesse.

Crédits photo : Audrey Leblanc

Danseurs :

Tombo, Paris, 2008 (photo d'illustration)

Saïd Aït El Moumen, Marrakech, 2006
çati studio, Istanbul, 2007

Naoko Noshiro, Tokyo, 2005

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.