ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

319 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2014

Sciences: le sens de la marche

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En quelques années, nous serions passés de l'affirmation que "L’université n’est pas une entreprise, le savoir n’est pas une marchandise" (2009) à "l'enseignement et la recherche, un investissement d'avenir" (2014 - comité national de la recherche scientifique).
Rappelons que la notion d'investissement d'avenir recouvre un programme de 35 milliards d'euros, piloté par le ministère du redressement productif (2013) composé de 5 axes, dont :
- L’enseignement supérieur et la formation ; "afin de faire émerger des pôles universitaires d’excellence capables d’affronter la concurrence mondiale."
- La recherche fondamentale et sa valorisation économique ; "pour donner à nos laboratoires les moyens d’atteindre l’excellence et pour accélérer le transfert de technologie". C'est l'ANR (agence nationale de la recherche) qui est le principal opérateur du Commissariat Général à l'Investissement pour les actions du programme des investissements d'avenir dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette notion d'investissement d'avenir est-elle celle reprise dans les motivations affichées de l'initiative "Sciences en marche" ? On peine à le discerner, les buts exposés étant souvent implicites:
"la crise économique actuelle devrait conduire à un soutien renforcé à l’ESR"; "La situation actuelle est lourde de conséquences ... sur la production de connaissances, sur l’activité économique du pays ... sur la culture démocratique qu’entretient l’esprit critique développé par la recherche."; "nous devons convaincre le public que l’ESR joue un rôle important ... dans l’activité économique et dans la réflexion politique de notre pays"; "La mobilisation doit rassembler universitaires, chercheurs du public et du privé, et entreprises innovantes"; "il faudra aussi collecter et analyser les chiffres de l’état et de la contribution de l’ESR à l’activité économique en France"; "des videos [pour] illustrer la contribution à la société de toutes les sciences fondamentales, appliquées et industrielle".
En fait, la démarche semble constater qu'à la démarche d'explicitation scientifique d'un mouvement tel que la fête de la science - qu'elle incorpore à son action ("Les animations de la fête de la science assureront la présence du public") - il faut nécessairement adjoindre l'indispensable soutien de la contribution économique ("réaliser de courtes vidéos pour illustrer la contribution à la société de toutes les sciences fondamentales, appliquées et industrielles"). La science, en elle-même, ne se suffirait plus.
Personne, bien sûr, ne conteste que les retombées technologiques et leurs aspects économiques sont l'un des points de rencontre des sciences et de la société. Que cette rencontre lui soit indispensable ou non n'est pas anodin, et ne devrait pas faire l'objet d'ambiguïtés.
Pourtant, l'initiative se pique - assez maladroitement - de politique: en jetant le discrédit sur la politique telle que nous la connaissons ("les responsables politiques...  leur inculture scientifique et de leur incapacité à appréhender des enjeux complexes"), puis en proposant une sorte de prise de pouvoir ("l’ESR joue un rôle important ... dans la réflexion politique de notre pays").
Au final, les revendications soutenues: emplois scientifique publics et privés, crédits de base des labos, sont de toute évidence partagées par beaucoup. Mais leur justification emprunte à ceux là même qui les mettent à mal (l'ANR, par exemple). Comment, par exemple, ne pas dénoncer ce formidable renoncement symbolisé par l'exposé obligatoire et préalable de l'utilité sociétale des recherches dans tout contrat ANR, bien trop souvent occasion pour les scientifiques de tromperie et d'incompétence en ce domaine ? Comment ne pas craindre que l'initiative ainsi présentée ne soit en fait qu'une nouvelle manière de répondre à cette fausse question ?
Lors de la grève de 2009, des analyses tout à fait pertinentes avaient été faites de ce qui visait à transformer l'université.  Ainsi, Emmanuel Barot ("Sauver l'université ?") soulignait: "La première dimension est celle du processus de dévalorisation des savoirs, entendant par là le processus de leur disqualification symbolique, culturelle. Les savoirs tendanciellement légitimes sont ceux qui satisferont aux nouvelles exigences de la société et du marché" et ce qui lui succédait immédiatement: "la déqualification socio-économique des agents [de l'ESR]". Face à de tels constats, la faiblesse des analyses et les ambiguïtés du texte de "Sciences en marche" n'anéantissent-elles pas d'elles-mêmes les prétentions du mouvement à éclairer quoique ce soit ? Faudrait-il, parce que les scientifiques se tournent vers le public, présenter une problématique digeste par tous; populaire jusqu'à côtoyer le populisme (oui, la charge contre les politiques est bien de nature populiste) ? Parce que les crises économiques ont prouvé qu'elles venaient à bout de tous les discernements, de toutes les valeurs, les scientifiques doivent être d'autant plus exigeants sur la défense des leurs: les sciences en marche, oui, mais fières aussi !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon