Bordeaux: à la bonne oseille de la place Saint Pierre

La LGV Paris-Bordeaux a aussi ses nécessiteux, à deux pas de la gare.
On sait que l'afflux de touristes, et la nouvelle accessibilité des lieux, ont largement contribué a l'inflation des prix immobilier du centre-ville, contribuant à rejeter d'avantage encore la population modeste à sa périphérie. Les commerces du centre-ville ne sont pas en reste de cette évolution, et contribuent à donner au centre-ville cette image consumériste, teintée de crédule branchitude, principalement alimentée par les restaurants et autres bars, proposant leur nourriture sous cellophane.
Ainsi, place Saint Pierre, où la mansuétude pour des commerçants nécessiteux - et sans doute aussi l'indigence des services de l'Etat - permettent que prospèrent dans ce centre ville certains établissements qui proposent aux jeunes à la recherche d'un emploi des conditions de travail illégales: périodes d'essai répétées et sans formalités, contrats bidons, ou tout bonnement absence de contrat. Rien de cela ne figure à la carte, et rien de cela ne devrait vous couper l'appétit. Ou peut-être si ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.